28 juillet : rien à fêter ! Propositions urgentes face à l’exclusion

Share

La Confédération nationale agraire (CNA) a exigé des propositions concrètes pour s’occuper des peuples indigènes du Pérou à l’occasion du 199e anniversaire de l’indépendance du pays.

source : cocomagnanville

À cette date, l’union nationale souligne que « l’indépendance » et la fondation de la République « ont été promues sans reconnaître, respecter et garantir nos droits » en tant que peuples indigènes originaires.

Au contraire, « notre situation s’aggrave, car le pouvoir économique dominant (avant les propriétaires fonciers, aujourd’hui les entreprises), impose un système politique, économique, social et culturel, classiste, raciste, injuste et inéquitable » indique le CNA.

Un an avant le bicentenaire de la République péruvienne, les peuples indigènes de la Côte, des Andes et de l’Amazonie « continuent d’être exclus et invisibles pour l’État péruvien.

Dans le contexte de la crise provoquée par la COVID-19, les familles paysannes indigènes cultivent des aliments et garantissent la sécurité et la souveraineté alimentaires malgré les mesures qui sont décrétées dans une logique urbaine qui privilégie la réactivation économique.

La Confédération nationale agraire, membre du Pacte d’unité des organisations indigènes du Pérou, propose un ensemble de mesures qu’elle souhaite que le Président de la République inclue dans son message à la Nation à l’occasion des fêtes nationales.

Mesures visant à garantir des soins de santé d’urgence complets pour le COVID-19

  • Allouer des fonds et garantir l’attention intégrale de l’urgence sanitaire pour le covid-19 pour les Peuples Indigènes de la Côte et des Andes du Pérou. Cessez de fragmenter et de rendre systématiquement invisibles les Peuples originaires, nous sommes dans la Côte, les Andes et l’Amazonie !
  • Prévoir un budget pour assurer la fourniture de services de santé publique dans les régions, provinces et localités. Prendre des mesures urgentes pour l’approvisionnement en oxygène. Intégrer les conseils d’administration, les dirigeants et les leaders sociaux de la communauté dans le comando COVID-19.
  • Concrétiser la distribution de tablettes pour les enseignants et la population scolaire, ainsi que prendre des mesures pour mettre en place un signal Internet ouvert dans les communautés.
  • Réactiver l’agriculture familiale indigène, investir dans les plantations pour garantir la sécurité et la souveraineté alimentaires.
  • Deuxième livraison du bon universel pour toutes les familles en situation de vulnérabilité.
  • Assurer l’enregistrement de toutes les communautés dans la base de données des peuples autochtones du ministère de la culture.
  • Intégration de la variable ethnique dans tous les registres et statistiques officiels.

Mesures visant à garantir les droits des peuples autochtones

  • Que l’exécutif renonce à appliquer le décret législatif 1500, qui devrait être abrogé par le Congrès, pour avoir tenté de porter atteinte au territoire intégral et aux droits collectifs des peuples indigènes, en permettant le renouvellement et l’extension automatiques des titres habilitants et des certifications environnementales requises pour l’exécution de méga-projets d’infrastructure sans consulter les peuples d’origine, en affaiblissant le contrôle et la surveillance de l’environnement en « récompensant » les contrevenants et en affaiblissant la participation des citoyens en tentant de procéder à des consultations virtuelles.
  • Que l’exécutif soutienne l’approbation du projet de loi pour l’auto-identification et l’enregistrement de la personnalité juridique des peuples indigènes ou originaires des Andes et de l’Amazonie, et des Afro-Péruviens que le registre crée pour enregistrer la personnalité juridique des peuples indigènes ou originels pour leur auto-reconnaissance, sans attendre qu’une entité publique s’arroge une telle faculté, en ignorant ou en niant leur identité originelle.
  • Que l’exécutif soutienne l’approbation du projet de loi 4542/2018-CR par le Congrès, par lequel nous, les peuples indigènes, demandons une représentation parlementaire de 32 sièges, un chiffre proportionnel au nombre d’indigènes enregistrés lors du dernier recensement national.
  • Que le pouvoir exécutif interdise définitivement l’entrée, la circulation et la consommation des transgéniques sous toutes leurs formes, car ils menacent notre biodiversité et la souveraineté nationale, et mettent en danger la santé de tous les Péruviens.
  • Que l’Exécutif soutienne la ratification de l’Accord Escazú par le Congrès, car il constitue un instrument international qui renforcera le droit à l’environnement, fournira des mécanismes pour garantir la protection de notre environnement, et prévoira des mesures pour protéger la vie et l’intégrité des défenseurs de la Terre Mère.
     

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 28/07/2020

¡28 de julio: nada que celebrar! Propuestas urgentes ante la exclusión

CNA formula propuestas concretas para atender a los pueblos originarios del Perú al cumplirse el 199 aniversario de la Independencia del Perú.

https://www.servindi.org/28/07/2020/nada-que-celebrar-pro

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked