Architecture, patrimoine et urbanisme au Pérou

Share

Lima est la capitale et principale ville du Pérou. Au milieu de la façade maritime du Pérou sur l’océan Pacifique, Lima s’étend sur les vallées de trois fleuves : Rimac, Chillón et Lurín.

 

source : archieturbanisme.canalblog

Avec une agglomération d’environ dix millions d’habitants, Lima est la cinquième plus grande ville d’Amérique latine, derrière Mexico, São Paulo, Buenos Aires et Rio de Janeiro.

Lima fut fondée le 18 janvier 1535 par le conquistador espagnol Francisco Pizarro, sous le nom de la Ciudad de los Reyes (la Cité des Rois). Elle devient la capitale et la ville principale de la vice-royauté du Pérou et puis celle de la République, après l’indépendance du pays vis-à-vis de l’Espagne en 1822. Elle devient la principale place forte du pouvoir hispanique au Pérou. L’urbanisme de Lima servit de modèle dans l’Amérique du Sud espagnole durant la période coloniale .

Presque tous les monuments remarquables se trouvent dans le centre historique, comme l’université nationale Majeure San Marcos (1551) qui est la plus ancienne d’Amérique. Dans le centre-ville, appelé aussi le Cercadoen référence aux murailles qui entouraient la ville au XVIIIe siècle, on trouve le palais Torre-Tagle, actuel siège du ministère des Affaires étrangères péruvien, et le meilleur exemple de l’architecture créole de Lima, largement inspirée par l’Andalousie, et d’autres grandes demeures seigneuriales, comme la Maison Riva-Agüero, la maison Prado ou la maison de Negreiros.

z77

La cathédrale

La cathédrale de Lima, construite au XVIIe siècle, est l’un des plus beaux exemples du baroque colonial à l’échelle continentale. Elle contient le mausolée du conquistador Francisco Pizarro. Outre ces exemples d’architecture coloniale, le centre historique de Lima, classé patrimoine mondial par l’UNESCO en 1991, est une concentration des styles architecturaux qui ont marqué l’Amérique latine, avec des bâtiments néo-classiques d’inspiration française, comme le théâtre municipal de Lima, la place San Martin ou l’immeuble Rimac, des bâtiments Art nouveau, comme l’immeuble Courret, quelques ensembles Art déco, surtout autour du Jiron de la Union, la voie piétonne qui lie les deux places principales du centre-ville, la place d’Armes et la place San Martin.

Au-delà de ce que furent les anciennes murailles de la ville, les quartiers de l’expansion urbaine de la fin duXIXe siècle décèlent des avenues de grandes maisons bourgeoises néo-classiques, comme le Paseo Colon, et de grands parcs comme le parc de l’Exposition, ou le parc de la Reserva qui étaient les lieux de promenade préférés au début du XXe siècle.

À partir des années 1950, l’exode rural et la croissance de la population locale ont constamment repoussé les limites de la ville. En 2003, avec l’arrivée du maire Castañeda Lossio, une nouvelle division officieuse de Lima a été établie. D’un côté, le Lima moderne comprend les quartiers d’un centre-ville hypertrophié, son centre historique et tous les quartiers situés au sud du Rimac construits jusqu’aux années 1980, comme les quartiers de San Isidro ou Miraflores, ainsi que les zones de quartiers pavillonnaires comme Santiago de Surco ou San Borja. Ensuite, les trois « cônes » de peuplement résultant de l’exode rural, Lima Norte, Lima Sur et Lima Este. Ces dernières années, la croissance économique à l’initiative du gouvernement Toledo a permis une amélioration du niveau de vie dans ces banlieues avec l’implantation de grands centres commerciaux où, il y a 10 ans, ne se trouvaient que des bidonvilles. Cependant, au Nord, à l’Est et au Sud de la ville, la ville continue de s’étendre dans la précarité et sans ordre.

z78

Palais du gouvernement

Lima est le cœur commercial, financier, culturel et politique du Pérou, tout en concentrant deux tiers de l’industrie.

A voir un jour !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked