Au Pérou, les médecins vénézuéliens autorisés à exercer en renfort

Share

Au Pérou, alors que le pays fait face à une explosion du nombre de cas de coronavirus, les établissements de santé publique manquent cruellement de personnel médical.

source : flipboard.com

Pour y remédier, le gouvernement péruvien a publié cette semaine un décret autorisant l’embauche de médecins et infirmiers étrangers, même si ces derniers n’ont pas fait valider leur diplôme au Pérou. Une décision saluée par les professionnels de santé vénézuéliens, nombreux dans le pays, mais qui jusqu’ici ne pouvaient pas exercer.

avec notre correspondante à Lima, Wyloën Munhoz- Boillot

Il y a quelques mois, face à l’urgence sanitaire, le gouvernement péruvien a engagé des médecins vénézuéliens réfugiés au Pérou, mais ces derniers devaient au préalable faire reconnaître leur diplôme par les autorités péruviennes. Une procédure longue et coûteuse.

La suppression de cette obligation était donc très attendue par les plus de 3.000 médecins vénézuéliens vivants au Pérou, comme le raconte Nancy Arellano, chargée des affaires consulaires à la représentation diplomatique du Venezuela à Lima. « Il y a quelques mois, nous avions envoyé une lettre au gouvernement péruvien parce qu’il y a ici un nombre important de médecins issus des plus grandes universités du Venezuela, mais qui ne pouvaient pas travailler dans leur domaine, faute d’un diplôme reconnu au Pérou. »

La levée de cette restriction, bien que temporaire – pour la durée de l’état d’urgence sanitaire – est donc une bonne nouvelle, selon le Dr. Lias Siso, présidente de l’association des médecins vénézuéliens du Pérou. « Ça va permettre de démontrer la qualité des professionnels de santé vénézuéliens, tout en palliant le manque de personnel médical. »

Un manque de personnel lié, entre autre, au fait que de nombreux médecins péruviens ont exercé leur droit de retrait face au manque d’équipement de protection et aux retards de paiement des salaires. Sans compter que plus 7000 professionnels de santé ont été infectés et près de 200 sont morts du coronavirus depuis le début de la pandémie. Dans ce contexte, le Dr Siso insiste sur la nécessité d’améliorer les conditions de travail au sein du système de santé péruvien.

Le Pérou, qui vient de suspendre son championnat de football en raison de la pandémie, est le troisième pays le plus touché par le Covid-19 en Amérique latine après le Brésil et le Mexique. Un nombre record de 225 décès (et de plus de 8 400 contaminations) a été enregistré ce vendredi, communique le ministère péruvien de la Santé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked