AYA, L’ESPRIT DE LA FORÊT

Share

Tout l’été, focus quotidien sur un travail photographique autour du temps. Ce samedi, Arguiñe Escandón et Yann Gross, photographes espagnol et suisse, sont partis en 2016 et pendant quatre ans au Pérou sur les traces de l’explorateur Charles Kroehle, qui réalisa des portraits d’indigènes durant les années 1890. Au final, une toute autre vision de la jungle et de ses habitants.

source : liberation .fr

La carte postale qui sera le point de départ du voyage d'Arguiñe Escandón & Yann Gross, tirée d'une expédition du photographe Charles Kroehle au Pérou oriental entre 1888 et 1891.

La carte postale qui sera le point de départ du voyage d’Arguiñe Escandón & Yann Gross, tirée d’une expédition du photographe Charles Kroehle au Pérou oriental entre 1888 et 1891.Photo Arguiñe Escandón et Yann Gross

Passionnés par l'Amazonie, ils décident de partir au Pérou tant pour suivre qu'effacer les traces de leur prédécesseur. Regarder, sentir, éprouver. Pour aller à la rencontre de la forêt et des êtres qui l'habitent, vivants ou défunts, ils faut se libérer des clichés occidentaux.

Passionnés par l’Amazonie, ils décident de partir au Pérou tant pour suivre qu’effacer les traces de leur prédécesseur. Regarder, sentir, éprouver. Pour aller à la rencontre de la forêt et des êtres qui l’habitent, vivants ou défunts, ils faut se libérer des clichés occidentaux.Photo Arguiñe Escandón et Yann Gross

Traverser la jungle et s'y abandonner, se fondre en elle, cohabiter pleinement avec les vivants – humains, animaux – et les esprits.

Traverser la jungle et s’y abandonner, se fondre en elle, cohabiter pleinement avec les vivants – humains, animaux – et les esprits.Photo Arguiñe Escandón et Yann Gross

Les deux photographes consommeront différentes plantes de la pharmacopée amazonienne afin de mieux comprendre l'approche médicinale et traditionnelle des communautés locales.

Les deux photographes consommeront différentes plantes de la pharmacopée amazonienne afin de mieux comprendre l’approche médicinale et traditionnelle des communautés locales.Photo Arguiñe Escandón et Yann Gross

«Le bain de fleurs est un rituel de purification. Comme beaucoup de maisons en Amazonie se trouvent sur pilotis ou sont flottantes au bord des rivières, les communautés utilisent des radeaux pour se déplacer.» Yann Gross

«Le bain de fleurs est un rituel de purification. Comme beaucoup de maisons en Amazonie se trouvent sur pilotis ou sont flottantes au bord des rivières, les communautés utilisent des radeaux pour se déplacer.» Yann GrossPhoto Arguiñe Escandón et Yann Gross

«Un tatou, l'animal peut être vu au crépuscule, un moment particulièrement animé et mystérieux dans la forêt amazonienne.» Yann Gross

«Un tatou, l’animal peut être vu au crépuscule, un moment particulièrement animé et mystérieux dans la forêt amazonienne.» Yann GrossPhoto Arguiñe Escandón et Yann Gross

Yann et Arguiñe ont fait des recherches et identifié quelles sont les plantes utilisées par les indigènes qui ont des propriétés photosensibles. Une fois extrait leur jus, ils s'en serviront pour faire des impressions organiques de certaines photos.

Yann et Arguiñe ont fait des recherches et identifié quelles sont les plantes utilisées par les indigènes qui ont des propriétés photosensibles. Une fois extrait leur jus, ils s’en serviront pour faire des impressions organiques de certaines photos.Photo Arguiñe Escandón et Yann Gross

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked