Des chercheurs d’or massacrent une tribu inconnue en Amazonie

Les membres de cette tribu amérindienne récoltaient des oeufs sur le bord du fleuve quand ils ont rencontré des chercheurs d’or. Ces derniers ont massacré 10 membres de cette tribu non encore contactée. La justice a ouvert une enquête, mais cela montre bien que les tribus indigènes les plus reculées sont maintenant en danger en Amazonie.

source : .consoglobe.com

10 membres d’une tribu amérindienne non contactée tués

La Funai, l’Agence Brésilienne des Affaires Indigènes, a ouvert une enquête après que les chercheurs d’or se soient vantés du massacre dans un bar. “Ils se sont même vantés d’avoir découpé les corps et de les avoir jetés dans la rivière”, et ont ramené une pagaie en trophée, rapporte Leila Burger Sotto-Maior de la Funai, au New York Times. 

Les chercheurs d’or se défendent en disant que c’était tuer ou être tués. Mais que faisaient-ils en territoire indigène ? Le massacre s’est déroulé dans la vallée du Javari, la deuxième plus grande réserve indigène d’Amazonie brésilienne, près de la frontière avec la Colombie et le Pérou.

Les tribus indigènes d’Amazonie menacées

Le juge en charge de l’affaire a indiqué : “il s’agit du deuxième cas de meurtre de membres de tribus non contactées en six mois. Nous n’avions jamais vu cela auparavant“. Cela montre bien que ces tribus, à peine découvertes, sont déjà menacées.

L’ONG Survival International qualifie ce massacre de génocide et accuse directement le gouvernement brésilien. “Si l’enquête confirme les faits, ce sera un autre massacre génocidaire qui résulte directement de l’échec du gouvernement brésilien à protéger les tribus isolées – un droit pourtant garanti dans la Constitution” s’insurge Sarah Shenker de l’ONG au New York Times. 

En effet, le président en place, Michel Temer, a porté un sérieux coup à la protection de l’Amazonie et des territoires indigènes en ouvrant des territoires auparavant protégés à la prospection minière. En outre la Funai, par manque de fonds, a du fermer des relais situés dans les réserves, destinés à protéger les tribus non encore contactées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked