Cocaïne échouée en Atlantique : « C’est extrêmement rare », dit Vincent Groizeleau

Share
763 kilos de drogue ont été retrouvés sur les plages de la façade Atlantique. Vincent Groizeleau, rédacteur en chef du site « Mer et Marine », explique quelles sont les techniques des trafiquants pour faire transiter la drogue via la mer.

source : RTL.fr

lerte à la marée blanche. Depuis plusieurs semaines, d’étranges paquets s’échouent sur les plages de la Loire-Atlantique au Pays Basque. 763 kilos ont été retrouvés ces quatre derniers jours. Il s’agit de cocaïne pure à 83%. C’est une véritable course contre la montre qui est lancée pour récupérer ces colis indésirables. Cinq plages ont été interdites au public en Gironde. 

« C’est extrêmement rare et c’est impressionnant compte tenu de l’ampleur », indique Vincent Groizeleau, rédacteur en chef du site Mer et Marine. « Les principaux producteurs de cocaïne sont la Colombie, le Pérou, la Bolivie », rappelle-t-il, « la drogue rejoint ensuite les grands marchés de consommation que sont les Etats-Unis et l’Europe ». « La mer est une grande autoroute de la drogue, elle est employée par les trafiquants de manière massive », ajoute-t-il. 

« Il y a plusieurs modes opératoires pour traverser l’Atlantique, parmi lesquels la dissimulation de la drogue dans des conteneurs ou des ballots de cocaïne logés sous la coque des bateaux et récupérés par des plongeurs pour échapper aux douaniers », précise Vincent Groizeleau. « Rien qu’au premier semestre cette année, 13 millions de conteneurs ont circulé », et tous ne peuvent pas être contrôlés, conclut-il. 

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.