Condamnation annulée pour un journaliste ayant révélé des abus sexuels

Share
Pedro Salinas avait été condamné pour diffamation pour avoir accusé un archevêque d’avoir couvert un scandale sexuel au sein de l’organisation catholique Sodalicio. L’archevêque, satisfait de cette condamnation, a retiré sa plainte.

source : boursorama.com

Le journaliste d’investigation Pedro Salinas, qui a révélé en 2015 un scandale d’abus sexuels dans la communauté chrétienne Sodalicio de Vida Cristiana, avait été condamné le 22 avril par le tribunal de Piura (nord) à un an de prison avec sursis et 80 000 soles péruviens (21 500 euros) d’amende pour délit de « diffamation aggravée » après une plainte déposée par l’archevêque de Piura, José Antonio Eguren Anselmi. Quatre jours plus tard, celui-ci a décidé de retirer sa plainte et la condamnation a été annulée.

Pedro Salinas reprochait à M. Eguren sa responsabilité et son silence au sein de Sodalicio. En 2018, il titrait un article « Le Juan Barros péruvien », en référence au prélat chilien accusé d’avoir couvert les agressions sexuelles commises par un prêtre. « Des affirmations fausses », estime l’archevêque de Piura, qui portent préjudice à « mon honneur et ma réputation ».

Pourtant, M. Salinas avait insisté, refusant « d’être censuré » : « Personne ne peut nier qu’Eguren est un des membres de la génération fondatrice [de Sodalicio], avait-il déclaré au Monde. Il a participé à la construction d’une organisation qui a instauré une culture de l’abus. Il n’a pas seulement couvert les abus, il a lui-même été confondu par plusieurs sources pour maltraitance physique et psychologique. » Mais son cas n’a jamais été jugé et son dossier a été classé en 2016.

Mercredi 24 avril, l’archevêque, satisfait de la condamnation de M. Salinas, a annoncé sa décision de retirer sa plainte, et de ne pas non plus poursuivre la journaliste Paola Ugaz, qui a cosigné un livre sur l’affaire Sodalicio avec M. Salinas. La plainte, a-t-il expliqué dans un communiqué, avait pour but de « défendre le droit fondamental que nous avons tous à défendre notre nom (…) et d’éviter de faire des accusations fausses et humiliantes sans preuves ».

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.