Confirmé « les momies de Nazca ne son pas d’origine terrestre »

Share

« L’Histoire ne retient pas les méandres de l’information, les degrés d’exigence et les passions de chacun .

 

source : gamekyo.com

L’Histoire ne retient qu’une chose: une date, un lieu et un homme ! Cette date, c’est en ce moment. Le lieu, c’est le Pérou, terres de tant de mystères. Cet homme, c’est Thierry Jamin qui diffuse avec professionnalisme toute sa passion sur cette incroyable découverte que nous ne sommes plus seuls dans l’Univers.

En conclusion, bravo à Thierry Jamin, à toute son équipe et bien entendu à M6 qui n’a pas eu peur de relayer cette incroyable aventure. TF1 en avait fait les frais avec Roswell et Jacques Pradel il y a quelques années et depuis cette époque, les reportages traitant de ce genre d’informations sont à risques en matière de crédibilité. Donc, encore une nouvelle fois, un grand bravo. » O.V
Ce que dit Thierry Jamin, président de l’Institut Inkaru Cusco sur Alien Project

D’AUTHENTIQUES CORPS HUMANOÏDES « MOMIFIÉS », ASSOCIÉS À D’ÉTRANGES ORGANES ET À DES ARTEFACTS D’ORIGINE INCONNUE, ONT-ILS RÉELLEMENT ÉTÉ DÉCOUVERTS PAR DES PILLEURS DE TOMBES DANS LE SUD DU PÉROU VERS LA FIN DE L’ANNÉE 2015 ? OU BIEN SOMMES-NOUS LES VICTIMES D’UN ÉNORME CANULAR AU RETENTISSEMENT PLANÉTAIRE ?

L’affaire des « momies de Nasca »

Grâce à la diffusion de nos vidéos à travers Internet, cette affaire de « momies de Nasca » est aujourd’hui au cœur de l’attention mondiale et ne pourra plus être étouffée. C’était l’un de nos premiers objectifs.

Depuis la fin de l’année 2016, mon équipe et moi menons l’enquête. C’est sans doute l’histoire la plus incroyable qu’il nous soit jamais arrivée. Mais est-elle vraie ? Cette question lancinante me taraude depuis ce jour d’octobre où j’ouvris la porte à un certain « Luis Quispe », alias Paul R., détenteur d’un incroyable secret. Je n’oublierai jamais le regard stupéfait de mes deux compagnons de route, José Casafranca et Edward Valenzuela Gil, lorsque Paul nous dévoila pour la première fois ce petit corps humanoïde de 25 cm de long, cette tête momifiée aux allures d’E.T. et cette main gigantesque constituée de trois doigts de six phalanges et munis d’implants métalliques.

Le soutien d’une communauté

Contre vents et marées, nous avons enquêté au cœur de l’affaire, grâce à « Mario », le chef des huaqueros à l’origine de cette découverte. Durant des mois, nous avons remué ciel et terre pour tenter de sauver une partie du riche matériel biologique rencontré dans ce site mystérieux, caché quelque part à quelques centaines de mètres des célèbres figures géantes de Nasca.

Avec patience, nous avons réussi au fil du temps à gagner la confiance de « Mario ». Une relation franche et amicale s’est même peu à peu tissée entre nous. C’est grâce à cette relation privilégiée qu’il nous a été possible d’étudier un grand nombre des mystérieux corps retrouvés par lui et ses compagnons dans le désert de Nasca.

Grâce à la mobilisation d’Internautes, nous avons pu lancer à partir de mars 2017 une série d’analyses scientifiques visant à établir, ou non, l’authenticité de ces Entités Biologiques. Grâce au soutien du journaliste mexicain Jaime Maussan et du groupe nord-américain Gaia, l’affaire des « momies de Nasca » est même allée au-delà de nos espérances initiales.

Des analyses pour confirmer ou non l’authenticité

Les innombrables examens effectués à Cusco sur les entités par une pléiade de spécialistes venus des quatre coins du monde, les radiographies, les scanners, les analyses ADN et Carbone 14 montrent qu’il s’agit bien d’entités ayant vécu. Et malgré les critiques des sceptiques, aucun indice de fraude n’a encore pu être établi de façon évidente. Certaines études sont encore en cours et leurs résultats, dans quelques semaines ou dans quelques mois, pourraient bien ébranler nombre de nos certitudes.

LES IMPLICATIONS D’UNE TELLE NOUVELLE, À TOUS LES NIVEAUX DE LA SOCIÉTÉ, SONT IMMENSES. MAIS SOMMES-NOUS PRÊTS À RECEVOIR CETTE INFORMATION ?

AU-DELÀ DU RAISONNABLE, MES CAMARADES ET MOI AVONS PRIS NOS RESPONSABILITÉS. ET NOUS NE REGRETTONS RIEN. C’ÉTAIT UNE AFFAIRE DE CONSCIENCE. CHAQUE CITOYEN DU MONDE DEVRAIT SE SENTIR CONCERNÉ PAR CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT À NASCA. S’IL S’AGIT DE VÉRITABLES « RELIQUES », C’EST TOUTE L’HISTOIRE DES HOMMES QU’IL FAUDRA RÉÉCRIRE. L’AVENIR LE DIRA BIENTÔT… OU PAS.

THIERRY JAMIN,
PRÉSIDENT DE L’INSTITUT INKARI – CUSCO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked