La Suisse et le Pérou signent une série de conventions sur le changement climatique

conventionsLA SUISSE ET LE PÉROU SIGNENT UNE SÉRIE DE CONVENTIONS SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE.

 

 

source :mapecology.ma

Bruxelles – La Suisse et le Pérou ont signé, mercredi, une série de conventions sur le changement climatique, les finances publiques et l’initiative conjointe « or responsable », en marge de la visite au Pérou de la présidente suisse Doris Leuthard.

Conformément à ces accords, le pays helvétique devra renforcer les programmes touchant au changement climatique et aux ressources en eau mis en oeuvre dans le pays latino-américain.

Les deux pays ont également convenu d’améliorer les conditions techniques, sociales et écologiques au sein des mines et coopératives minières de petite taille.

« Ce projet revêt une grande importance pour la Suisse, vu que la moitié des exportations d’or péruvien a pour destination notre pays », a souligne la Direction helvétique du développement et de la coopération (DDC).

*-*-*-*-*-*.

L’organisation belge de défense des consommateurs Test-Achats a envoyé un courrier aux constructeurs automobiles Renault, Fiat-Chrysler et PSA Peugeot Citroën en leur demandant de faire toute la clarté sur les affaires de fraude présumée aux émissions NOx les concernant, indique-t-elle mercredi dans un communiqué.

Après Volkswagen, Renault et Fiat-Chrysler, le constructeur français PSA est à son tour visé par une enquête sur des soupçons de « tromperie » dans les dispositifs de contrôle aux émissions polluantes de véhicules diesel. Le parquet de Paris a ouvert, le 7 avril, une information judiciaire pour « tromperie sur la qualité substantielle et les contrôles effectués avec cette circonstance que les faits ont eu pour conséquence de rendre les marchandises dangereuses pour la santé de l’homme ou de l’animal. »

Test-Achats estime que des voitures immatriculées en Belgique sont concernées par ces affaires.

Test-Achats avait intenté une action collective en justice contre Volkswagen. Les plaidoiries sur la recevabilité se tiendront les 30 et 31 octobre prochains devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

Voici le bulletin de l’écologie de l’Europe occidentale pour la journée du jeudi :.

*-*-*-*-*-*.

.- La fonte des glaciers des Alpes semble être beaucoup plus rapide que ce que pensaient jusqu’à récemment les scientifiques, selon des glaciologues suisses, français, allemands et autrichiens.

Dans une étude publiée dernièrement, un groupe de chercheurs affirment qu’avant la fin du siècle, les géants blancs culminant à moins de 3.500 mètres auront disparu du paysage alpin.

Depuis la fin des années 1990, les observations satellitaires permettent de suivre les fluctuations des formations glaciaires, mais renseignent mal sur leurs variations interannuelles.

L’équipe de glaciologues européens se sont penchés sur six glaciers particuliers, étagés entre 2.400 et 3.500 mètres d’altitude : Sarennes et Saint-Sorlin en France, Gries et Silvretta en Suisse, Hintereisferner et Vernagtferner en Autriche.

La fonte actuelle, ont-ils précisé, s’opère à un rythme nettement plus soutenu que le donnaient à penser les études antérieures. Sur la décennie 2003-2012, la fonte a augmenté de 1,9 mètre de glace par an, soit un niveau supérieur de 65pc à ce que l’on croyait.

*-*-*-*-*-*.

.- Madrid – L’augmentation de l’azote provenant de la pollution atmosphérique et des activités agropastorales est en train d’altérer l’écosystème méditerranéen, dégrader le matorral et favoriser la propagation des mauvaises herbes qui asphyxient les espèces autochtones, selon une étude scientifique réalisée par des chercheurs du Musée national des sciences naturelles en collaboration avec les universités Complutense et Autonoma de Madrid.

Les chercheurs ont analysé pendant neuf ans l’état d’une plantation d’arbres dans le sud de la région de Madrid, un écosystème typiquement méditerranéen et semi-aride dans lequel les plantes se sont adaptée à la vie dans un milieu pauvre en azote.

L’étude montre que l’augmentation des niveaux d’azote a pour effet d’augmenter la perte prématurée du feuillage, ce qui réduit la couverture et la protection des espèces végétales plus petites, de même qu’elle favorise la propagation des herbes invasives qui empêchent la croissance des plantes locales.

.- Le Commissaire européen des affaires maritimes et de la pêche, Karmenu Vella, a salué la contribution de l’Espagne au succès du réseau européen des espaces protégés Natura 2000, sachant que le pays ibérique compte la plus grande superficie incluse dans ce réseau.

Natura 2000 est le réseau de conservation de la nature le plus vaste du monde, avec plus de 27.000 sites protégés à travers l’Europe, s’étendant sur une superficie totale de plus d’un million de km2, a souligné M. Vella.

Ce réseau est la colonne vertébrale de la politique européenne de conservation de la nature, a-t-il relevé, rappelant que la Commission européenne a adopté récemment le Plan d’action pour la nature, les personnes et l’économie, afin de  »garantir la préservation de ce patrimoine naturel de valeur incalculable ».

*-*-*-*-*-*.

.- Londres – En Angleterre, certaines zones maritimes et côtières font l’objet d’une protection particulière contre les dommages de l’activité de l’Homme ou de perturbations diverses.

La mise en place de « Zones Marines de Conservation » visent à protéger des espèces et habitats différents, rares ou/et fragiles car les fonds marins et les algues constituent un excellent refuge pour de nombreuses espèces et notamment les hippocampes.

Ils constituent également un excellent terrain d’apprentissage pour les jeunes poissons et crustacés ainsi qu’une bonne zone de nurserie.

Ainsi, la Studland Bay britannique a été recommandée au classement des Zones Marines de Conservation car c’est une zone de reproduction pour deux espèces d’hippocampes britanniques et pour une espèce de poisson, le labre.

*-*-*-*-*-*.

.-Le parc éolien européen a vu sa capacité augmenter de 1.558 mégawatts en 2016. Cette énergie est suffisante pour couvrir les besoins en électricité d’un peu plus d’un million de logements, selon les conclusions d’une étude du cabinet McKinsey.

Les investissements injectés dans des projets d’énergie éolienne ont atteint 5,78 milliards d’euros en 2016, alors que le coût d’installation d’une éolienne ne cesse de baisser.

D’après les experts de McKinsey, les énergéticiens vont investir 18,2 milliards d’euros dans les prochaines années à travers l’Europe. Ce montant correspond aux projets d’installation de 4.900 mégawatts supplémentaires. Cette capacité de production sera répartie sur cinq pays, dont la moitié pour le seul Royaume-Uni.

Les 1.558 mégawatts installés en 2016 l’ont été dans trois pays : l’Allemagne (813 mégawatts), les Pays-Bas (691 mégawatts) et le Royaume-Uni (56 mégawatts), pour un total de sept nouveaux parcs éoliens, soit une nouvelle éolienne installée par jour.

L’année 2017 devrait être renforcée par 3.000 mégawatts supplémentaires, ce qui devrait porter l’ensemble de la production éolienne européenne à 25.000 mégawatts d’ici 2020.

*-*-*-*-*-*.

.- Paris – Le ministère français de la Santé a décidé de réactiver le dispositif de lutte contre l’Aedes albopictus ou moustique-tigre et de surveillance des arboviroses (maladies virales transmises notamment par les moustiques) en métropole.

Implanté dans une trentaine de départements français, ce moustique est responsable de la transmission à l’homme de maladies vectorielles comme la dengue ou le chikungunya.

Comme chaque année du 1er mai au 30 novembre, le dispositif de lutte contre l’Aedes albopictus (ou moustique tigre) est réactivé par le ministère de la Santé sur le territoire métropolitain et l’Outre-mer. Son objectif : contrer la progression du moustique et surveiller l’apparition des arboviroses dont il est responsable comme la dengue, le chikungunya, le Zika ou la fièvre jaune.

Originaire d’Asie et implanté depuis de nombreuses années dans les départements français de l’Océan indien, l’Aedes albopictus s’est installé en France métropolitaine de manière continue depuis 2004.

.- La fédération France Nature Environnement a salué, mercredi, la forte mobilisation de la société civile à la consultation lancée par la Commission européenne sur la future politique agricole commune (PAC) pour 2020.

Afin de porter un message commun, plus de 300 organisations européennes, dont France Nature Environnement, se sont réunies au sein du collectif  »Living Land », pour inscrire les défis environnementaux, sociaux et alimentaires au cœur de la PAC.

 »La politique agricole a un impact bien plus large que la sphère agricole. Elle influence la qualité de notre eau, de notre air mais aussi la déforestation en Amérique du Sud. Sa réforme, pour une transition vers un modèle agroécologique, aura des conséquences fortes sur la qualité de vie de chacun d’entre nous. Il faut donc que l’ensemble des acteurs, professionnels et associatifs, soit associé aux réflexions qui construiront la PAC de demain », estime Carmen Etcheverry, chargée de mission agriculture de FNE.

Dans un communiqué, la FNE demande que la PAC s’affranchisse du système existant à deux piliers qui n’est plus efficace, estimant qu’il est essentiel de passer du principe d’aide au revenu des agriculteurs au principe de rémunération de services d’intérêt général à la fois pour ne plus placer les agriculteurs dans une position de dépendance et pour légitimer la PAC.

*-*-*-*-*-*.

.- Lisbonne – La production d’électricité d’origine éolienne a atteint, dimanche dernier au Portugal, 85 gigawatt/heures (GWh), ce qui représente 79 pc de la consommation nationale et la meilleure performance enregistrée parmi les pays européens, dépassant ainsi l’Irlande (51 pc de la consommation totale) et le Danemark (48 pc), rapporte le magazine Ambiente.Selon les données de l’Association européenne d’énergie éolienne, l’Allemagne, en dépit d’être le leader de la production d’énergie éolienne avec 389 GWh, vient en cinquième place, étant donné que la production d’énergie éolienne n’a représenté que 36 pc de la consommation totale d’électricité.

En quatrième position vient l’Espagne, avec une production de 271 GWh, qui a couvert 48 pc de la consommation.

*-*-*-*-*-*.

.- La consommation d’électricité au Portugal a reculé de 6,6pc en avril par rapport à la même période de l’année précédente pour s’établir à 3.717 GWh, principalement en raison des effets des vacances de Pâques et des températures, qui étaient bien au-dessus des valeurs normales pour ce mois-ci.

Selon les données de REN (Réseau national de l’énergie), avec la correction de l’impact des températures et du nombre de jours ouvrables (qui influent sur la consommation, puisque l’industrie en est le principal consommateur), la baisse de la consommation en avril a été réduite à 1,6 pc par rapport au même mois de 2016.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked