Coronavirus : vers un vaccin accessible à tous les pays d’Amérique latine

Share

L’Argentine et le Mexique vont prendre en charge la production et la distribution en Amérique latine du futur vaccin d’AstraZeneca et de l’université d’Oxford.

source : lexpress.fr

L’Amérique latine s’organise. La région la plus touchée au monde par l’épidémie de Covid-19 s’est placée dans les starting-blocks pour produire d’urgence le prochain vaccin, qu’il vienne de Russie ou d’Europe. L’Argentine et le Mexique vont prendre en charge la production et la distribution en Amérique latine, sauf au Brésil, du futur vaccin contre le coronavirus élaboré par le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca et l’université d’Oxford, a annoncé le président argentin Alberto Fernandez dans la nuit de mercredi à jeudi. 

AstraZeneca a signé un accord avec la Fondation Carlos Slim « pour produire entre 150 et 250 millions de vaccins destinés à toute l’Amérique latine à l’exception du Brésil, qui seront disponibles pour le premier semestre 2021 », a dit le dirigeant en conférence de presse. L’idée est de fournir aux pays d’Amérique latine un vaccin « à des prix plus raisonnables », entre 3 et 4 dollars la dose. Le bureau d’AstraZeneca au Mexique a assuré que la production du vaccin se ferait « sans bénéfice économique » pour le laboratoire. 

Plus de 220 000 morts en Amérique latine

Le Mexique, 3e pays au monde le plus endeuillé avec 53 929 décès, a aussi annoncé avoir conclu de nouveaux accords avec l’américain Janssen Pharmaceuticals et les chinois CanSino Biologics et Walvax Biotechnology afin de participer à des essais cliniques à partir de septembre en vue d’un éventuel vaccin. 

L’Amérique latine et les Caraïbes sont la région du monde la plus touchée par la pandémie, avec 225 596 décès pour 5 720 309 cas, selon un bilan établi par l’AFP. Au Brésil, deuxième pays le plus affecté au monde avec 104 201 morts, c’est l’Etat du Parana (sud) qui a signé mercredi un protocole d’accord avec la Russie pour essayer et produire son nouveau vaccin Spoutnik V contre le coronavirus, dont l’efficacité est pourtant sujette à caution. 

Une équipe de travail brésilienne évaluera la semaine prochaine les résultats des essais du vaccin russe, réalisés en phase un et deux, qui seront remis par la Russie, alors que la phase trois, la dernière avant l’homologation, est toujours en cours. À la surprise générale, le président russe Vladimir Poutine avait affirmé mardi que son pays avait développé le « premier » vaccin contre le Covid-19 et allait le produire dès septembre, alors même que les essais ne sont pas terminés. L’Organisation mondiale de la santé (OMS), pour sa part, a déclaré mercredi attendre « avec impatience » de pouvoir analyser les résultats des essais cliniques russes du vaccin. 

Le Pérou réinstaure le confinement dominical

Parallèlement à la course au vaccin, de nombreux pays ont mis en place mercredi diverses mesures sanitaires, voire de reconfinement. Le Pérou, troisième pays le plus affecté en Amérique latine après le Brésil et le Mexique, va réinstaurer un confinement dominical.  

Le Venezuela a étendu à un cinquième mois consécutif l’interdiction de vols commerciaux. Son ministre de la Communication, un proche du président Nicolas Maduro, a aussi révélé avoir été testé positif au coronavirus, de même que le gouverneur de Sao Paulo au Brésil. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked