La corruption en Amérique Latine

Qu’est-ce qu’un cliché ? Il s’agit souvent d’une généralisation à partir d’un constat réel, tout comme le préjugé n’est qu’un symptôme de l’instinct de survie. 

 

source : medias-presse.info

par  

Ceux qui se croient au-dessus des clichés me font penser au jeune flic dans un film américain, le genre de film justement « cliché » avec le vieux briscard et le petit nouveau. Devant faire une perquisition dans un restaurent de China Town, le vieux briscard WASP grommelle : « J’aime pas les Chinois. Le patron va encore se mettre en quatre devant la porte en disant : « Que les honorables policiers daignent entrer dans mon misérable établissement ! » » Le jeune policier, tout aussi WASP mais passé au tamis du « politiquement correct » s’insurge : « Tu me fatigues avec tes clichés racistes ! ».  Et quelques instants plus tard, le patron du restaurant les accueille avec force courbettes en disant : « Que les honorables policiers daignent entrer dans mon misérable établissement ! » …

Il en est de même pour la corruption en Amérique du Sud, qui a été un lieu commun mainte fois traité, sous-traité et maltraité dans nombre de productions cinématographique que littéraire. Mais qu’en est-il dans la réalité ? A la question

« Avez-vous eu à payer un pot-de-vin, donner un cadeau ou accorder une faveur pour : un enseignant ou un personnel scolaire ; un professionnel de la santé ou un membre du personnel médical ; un fonctionnaire dans le but de recevoir des services, un policier, un juge ou un magistrat ? »

Les réponses collent aux clichés sur le continent latino-américain, les pays ayant la réputation, d’être les plus corrompus le sont dans la réalité, à l’exception relative du Brésil.

– Le pays le plus corrompu, le seul au-dessus de la barre des 50 %, est sans surprise le Mexique, avec un taux de 51 %.

– Un seul pays dépasse la barre des 40 %, la République Dominicaine, qui a plus une réputation de corruption de luxe, avec 46 %.

– Au-dessus des 30 %, un mélange d’anciennes « républiques bananières » d’Amérique centrale et de régimes gauchistes : Pérou (39 %), Venezuela (38 %), Panama (38 %), Honduras (33 %), El Salvador (31 %), Nicaragua (30 %) et Colombie (30 %).

– Au-dessus des 20 %, tous les pays de la façade ou de la zone Pacifique. A noter le score bas du Paraguay…  On est loin de l’ère Rodriguez, alias « Monsieur 10 % », alias « général cocaïne »… : Guatemala (28 %), Equateur (28 %), Bolivie (28 %), Costa Rica (24 %)Paraguay (23 %), le Chili (22 %), l’Uruguay (22 %) et la Jamaïque (21 %).

– Au-dessus des 10 %, l’Argentine avec 16 % et – incroyable quand on voit l’actualité – le Brésil avec 11 %. Mais il est vrai que les corrompus brésiliens ont compris qu’il était plus rentable de « taxer » en une fois une multinationale avec quelques millions de dollars yankees à la clé que de prendre quelques centaines de reals à des miséreux pour un coup de tampon.

– A moins de 10 %, Trinidad & Tobago avec 6 %.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked