Le Pérou : LA destination gastronomique !

Share

cuisineVous ne connaissez pas la cuisine péruvienne ? Le mot ceviche ne vous dit rien ? Partons à la découverte de cette cuisine façonnée par son histoire, récompensée pour la cinquième fois aux World Travel Awards comme la meilleure destination de la planète.

Une gastronomie riche en histoire
Ce pays de 7 000 ans tire en effet ses influences culinaires à la fois des cultures précolombiennes et des différentes migrations des cinq derniers siècles. Ces populations originaires d’Asie, d’Afrique et d’Europe du Sud ont suivi la même voie que les conquistadors espagnols au XVIe siècle.
L’arrivée des africains au XVIe siècle a intégré la cuisine créole africaine à la cuisine péruvienne. L’influence européenne va venir avec les espagnols, italiens et notamment français.
Par ailleurs, à la suite de l’indépendance, en 1821, le Pérou a accueilli de nombreux migrants, notamment chinois. Ces derniers sont à l’origine des chifas, ces restaurants populaires introduisant la cuisine chinoise à la gastronomie.
À la fin du XIXe siècle, une grande migration japonaise arrive au Pérou. Ils vont ajouter leur touche personnelle à la cuisine péruvienne avec les plats à base de poissons crus. La gastronomie Nikkei est l’une des plus associées à la cuisine péruvienne. Ces dernières ont su mélanger leurs traditions et leurs ingrédients pour devenir une fusion majestueuse depuis une vingtaine d’années. C’est le célèbre chef péruvien Gastón Acurio qui a réussi à mettre en œuvre cette union.

Ce melting-pot particulier est notamment à l’origine de la cuisine fusion.


Une cuisine diversifiée par sa géographie

pommes-de-terre-750x525En outre, la cuisine péruvienne doit sa richesse et sa diversité à ses différents reliefs et climats avec par exemple des fruits exotiques d’Amazonie, du poisson sur la côte ou des pommes de terre et du maïs dans les Andes. Ces divers écosystèmes forment l’alchimie de l’art culinaire péruvien. Au total, ce ne sont pas moins de 4 000 variétés de pommes de terre, 2 000 espèces de poissons ou 650 de fruits exotiques qui font la variété de sa cuisine !


Les plats emblématiques
ceviche-saumon-750x525
S’il faut choisir le plat le plus typique à travers toute la variété proposée, qui représenterait le mieux cette gastronomie, ça serait le ceviche. Mis à l’honneur par le mélange de la cuisine Nikkei et péruvienne, le ceviche est un plat à base de poisson cru mariné dans une préparation salée du jus de citron vert enrichie d’oignons rouge, de piment vert et herbes aromatiques. C’est un plat qui nécessite une grande maitrise et les Japonais ont apportés toute leur technicité, leur savoir-faire et leur professionnalisme pour affiner ce met de haut standing.

poivrons-rellenos-750x525Ce mélange des cultures a également fait naître des mets comme l’anticucho, du cœur de bœuf mariné, le rocoto relleno, poivron farcie, aji de galina, poulet émincé nappé d’une crème pimenté ou le lomo saltado, bœuf sauté au wok.

Le Pérou offre par ailleurs une sélection de viande de choix ; elle est tendre et succulente. Parmi les plats de viandes les plus appréciés de la population, les lomos d’aplaca et le cuy, cochon d’inde, sont les favoris. Chaque région dispose de ses spécialités.

Les boissons péruviennes
Elles sont également très riches ; il existe une grande variété de breuvages traditionnels à base de maïs, de feuilles de coca ou ayant des propriétés médicinales, notamment. La chicha morada est une boisson particulièrement rafraichissante, qui se produit avec du maïs mauve, du citron et des épices. Le maté de coca est une tradition très ancienne; c’est une infusion de feuilles de coca. Cette plante, utilisée particulièrement pour ses effets fortifiant et anesthésique, pousse dans la cordillère des Andes. Il peut être utile de mâcher des feuilles de coca lors d’ascensions en haute altitude pour éviter les maux de têtes.

  chicha-morada-750x525L’emoliente est le remède miracle péruvien. De nombreux marchants ambulants proposent cette boisson traditionnelle aux propriétés médicinales. Elle est généralement composée d’orge grillée, de citron, d’herbes médicinales et peut être accompagnée de miel et fruits frais.

Enfin, qui dit Pérou dit pisco ! Alcool national du Pérou, le pisco est à base de raisins. Il est produit dans la région d’Ica au sud de la capitale péruvienne. Il se boit en digestif mais principalement pour le cocktail pisco sour : préparé avec du blanc d’œuf, du pisco, du sirop de canne et du citron vert. Il peut être décliné avec des fruits frais tels qu’aux fruits de la passion, un délice !

Une gastronomie en plein essor

L’envol de l’art culinaire péruvien est devenu une fierté nationale. Il existe désormais plusieurs événements à travers le pays pour célébrer ce savoir-faire. Le Mistura est un festival qui a lieu chaque année à Lima ; c’est la plus grande fête gastronomique d’Amérique latine. Cet évènement réunit un demi-million de péruviens pour déguster les meilleurs plats du pays ou assister à des concours de cuisine.

especes-mais-750x525On constate que le développement du tourisme culinaire prend une dimension importante au Pérou, tout comme les écoles gastronomique dans le pays. La plus connue est certainement l’Institut culinaire de Pachacutec dirigé par le chef Gastón Acurio. Le développement de l’intérêt culinaire chez les jeunes est devenu notamment un projet pour lutter contre les problèmes sociaux, éducatifs et économiques du pays. Actuellement, 80 000 étudiants apprennent la cuisine.

Depuis 2012, le pays connaît une progression du tourisme gastronomique de 20%. Toute personne mordu de cuisine trouvera son bonheur dans ce pays !

Vous hésitez encore ? Vous trouverez plus d’informations sur le site web de Peru-Excepcion : http://www.peru-excepcion.com/guide-voyage/cuisine-peruvienne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked