D’anciens militaires accusés de crime contre l’Humanité après des viols

Share

Un tribunal de Lima a qualifié mercredi de crime contre l’Humanité les viols «systématiques» de neuf paysannes péruviennes par des militaires entre 1984 et 1995 lors du conflit entre l’armée et la guérilla du Sentier lumineux.

source : liberation.fr

 «Considérant qu’il s’agit d’un crime contre l’Humanité, le procès se tiendra lors d’audiences publiques», a précisé le juge Edhin Campos.

Quatorze sous-officiers, aujourd’hui retraités, sont accusés d’avoir violé de façon répétée neuf femmes dans la région andine de Huancavelica (sud-est), une des plus pauvres du Pérou, entre 1984 et 1995, période la plus sanglante du conflit entre l’armée et la guérilla maoïste du Sentier lumineux. «C’est une décision historique (…) Nous ne parlons pas de viols isolés, mais de viols systématiques sur des bases militaires», a rappelé l’avocat de six des victimes, Juan José Quispe. «Nous attendons maintenant que le procès se tienne dans les deux ans et que les responsables soient condamnés».

Pour le parquet, le nombre de victimes pourrait être plus important, mais certaines femmes ont peur de parler. La Commission a notamment reçu 538 témoignages d’abus sexuels, de 527 femmes et 11 hommes. Mais seulement ces neuf plaintes vont pour l’heure déboucher sur un procès.

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.