Découverte de nouveaux vestiges des cultures Wari et Inca à Vilcabamba

 

 Dans la région de Cuzco, au Pérou, connue pour abriter la célèbre cité préhispanique Machu Picchu, la direction culturelle a rapporté de nouvelles traces archéologiques précolombiennes et plus précisément des preuves significatives des civilisations Wari et Inca.

source : actulatino

par Aline Timbert

 

Des découvertes réalisées sur le site archéologique d’Espiritu Pampa, dans le district de Vilcabamba (dans la province de la Convención). 

Selon le rapport de l’archéologue en charge des fouilles et de l’équipe de recherche multidisciplinaire à l’oeuvre dans la région, Javier Fonseca, des murs appartenant à un ancien temple formant la lettre « D » ont été découverts, or ce style architectural est typique de la culture Wari dont les origines ont été établies à Ayacucho et dont les traces de présence ont été retrouvées jusque dans la province de La Convención. 

En raison de son emplacement symbolique et expressif, on considère que ce petit bâtiment aurait servi d’observatoire astronomique où les hauts représentants de la culture Wari pratiquaient des rituels.

À l’intérieur de la grande structure, deux contextes construits avec des dalles de pierre de petites dimensions ont été mis au jour. Dans le premier contexte, des fragments de dents appartenant à un animal local ont pu être extraits. Dans le second contexte, deux céramiques ont été trouvées, de style Wari (culture qui a atteint son apogée durant l’Horizon moyen 600-1000, moment où se produit la grande expansion de cette civilisation), ainsi qu’un pectoral en argent et une coiffe en argent.
L’un des récipients d’origine Wari représente au niveau du goulot le visage d’un être humain caractérisé par ses grands yeux expressifs, son nez et sa bouche, le pur style Wari.

L’influence Wari modela l’art, l’architecture et les techniques de la plupart des régions péruviennes. Ainsi les routes qui reliaient les divers centres Wari ont servi de base à l’immense réseau de communication pédestre Inca.

Des vestiges de l’architecture Inca avec des formes carrées et rectangulaires situées sur le côté de la grande enceinte ont pu être également identifiés par les spécialistes s’affairant sur zone. Des épingles, appelées « tupus », des aiguilles d’argent et des céramiques cérémonielles appartenant à la très emblématique culture andine ont été soigneusement prélevés sur les lieux, ils seront étudiés plus avant par des experts.
Selon des informations de la Direction de la Culture décentralisée, les pièces trouvées seront soumises à un processus de conservation dans leur Cabinet de  Physique-Chimie pour une recherche plus approfondie.

Vilcabamba fut un haut lieu du monde précolombien (Willkapampa en Aymara, Quechua ou Espíritu Pampa), considéré comme le « royaume perdu des Incas », il fut le dernier lieu de repli des Incas. Cette région accidentée qui se caractérise par une végétation luxuriante offrait en effet un refuge idéal, un isolement qui constitua un bastion pour l’Inca Manco Inca (Manco Capac II) face à l’intrusion des conquérants espagnols.

Toutefois, malgré sa résistance vaillante, Manco Inca sera lâchement assassiné en 1545 par un conquistador, le fils de Diego de Almagro qui lui tendit un piège par trahison, en faisant croire qu’il était un ennemi des Espagnols qui cherchait refuge avec quelques partisans; accueilli par Manco Inca, ils saisirent la première opportunité pour mettre fin à ses jours.

Vilcabamba, connue aussi sous le nom d’ d’Espiritu Pampa, tomba progressivement  en ruine, et parallèlement dans l’oubli, jusqu’à sa redécouverte par l’aventurier d’origine américaine Douglas « Gene » Savoy dans les années 60, il découvrit plus de 40 villes perdues au cœur des végétations denses du Pérou. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked