DES ARCHÉOLOGUES ONT DÉCOUVERT DES ÉLÉMENTS TOXIQUES SUR LES HABITS d’ANCIENNES MOMIES INCAS

Une équipe de scientifiques chiliens dirigée par Bernardo Arriaza de l’Université de Tarapacá a découvert des momies du Chili antique qui portaient des vêtements toxiques. Les recherches ont été effectuées sur le site de Cerro Esmeralda, dans la ville d’Iquique, située au nord du Chili. Les substances prélevées sur les vêtements se sont révélées être mortelles même des siècles après la dispersion.

source : fredzone.org

Les archéologues ont pris énormément de précautions, connaissant les anciennes rumeurs sur la malédiction des momies. « Cela peut provoquer toute une série de problèmes de santé, en affectant les systèmes nerveux et musculaires et l’appareil digestif, entre autres, et même la mort dans des cas d’exposition extrêmes », ont-ils expliqué.

La revue Archaeometry a aussi publié la découverte d’un minéral rouge qui, au moindre contact, pourrait entraîner la mort.

Une offrande funéraire particulière et étrangère

Les chercheurs pensent qu’ « il est possible que les Incas aient été bien conscients des dangers représentés par l’inhalation de cinabre, et ils pourraient avoir délibérément dispersé du cinabre sur leurs sites d’inhumation cérémonielle afin de dissuader les pilleurs de tombeaux ». Ainsi, les profanateurs de sépultures et les scientifiques encourent les mêmes risques.

Les analyses chimiques et microscopiques ont révélé la présence de cinabre sur les momies. Il s’agit d’un composant toxique et particulièrement mortel utilisé pour colorer des vêtements ou pour réaliser des préparations chimiques. Le minéral de couleur rouge vif contient une quantité importante de mercure.

« Les nouvelles analyses chimiques que nous avons obtenues ont montré que du cinabre était présent dans les vêtements des momies de Cerro Esmeralda. Ce matériau toxique est une offrande funéraire particulière et étrangère dans le Nord du Chili », ont annoncé Arriaza et ses collègues.

Les chercheurs ignorent encore la vraie provenance du cinabre enduit sur les momies. On ne peut s’en procurer qu’à des milliers de kilomètres du lieu de la trouvaille, c’est-à-dire dans une mine de Huancavelica, au nord de Lima, au Pérou.

En 1976, les archéologues avaient découvert les dépouilles de deux jeunes filles soigneusement habillées sur un site funéraire, datant entre 1399 à 1475. Âgées de neuf et de dix-huit ans, elles étaient en position fœtale. Elles étaient ornées d’argent et entourées de quelques récipients en céramique.  La quantité et la qualité de ces biens ont conduit les chercheurs à avancer l’hypothèse d’un sacrifice rituel appelé capacocha. Dans ce cas, l’utilisation du cinabre est sans doute intentionnelle.

« Les sacrifices de Capacocha ont été accomplis en commémoration d’événements historiques dans la vie de l’empereur inca ou en réponse à des catastrophes naturelles», a expliqué Arriaza. « Le tombeau a été trouvé à une altitude inférieure à beaucoup d’autres sacrifices capacocha rapportés dans la littérature, qui se trouvent normalement à des altitudes plus élevées », a-t-il ajouté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked