Des bracelets en argent tout en couleur

Il y a peu, j’avais eu l’occasion de présenter l’artisanat péruvien caractéristique de la région de Cuzco au travers de cet article, traitant de boucles d’oreilles péruviennes en argent et mosaïque de pierres naturelles.

Aujourd’hui je voudrais vous présenter un petit reportage photo sur la fabrication d’un bracelet péruvien en argent typique de la vallée où se situe la ville de Cuzco. Les bijoux artisanaux de cette région se caractérisent par deux critères, l’usage d’argent 950 et les mosaïques de pierres naturelles qui les composent.

Un bracelet semi-rigide articulé

Le bracelet présenté ici est composé de trois parties rigides articulées les unes aux autres puis se termine par une chaînette. Sa fabrication à l’unité débute par la définition des motifs de la mosaïque de pierres puis la reproduction de ce motif par soudure de plaques d’argent laminées. Comme vous pouvez vous en douter, cela requiert beaucoup de travail pour reproduire finement la géométrie final des motifs. En effet la structure en argent recevant les pierres à une géométrie selon les 3 dimensions, les parties rigides du bracelet étant incurvées.

Mais le travail le plus minutieux, qui demande aussi le plus de temps, reste la lapidation des pierres naturelles et coquillages afin de leur donner la forme exacte permettant de les encastrer dans leur logement en argent. Le bracelet en argent n’est qu’un support mettant en valeur une mosaïque de couleurs aux formes finement imbriquées. Chaque morceau de pierre est donc découpé puis ajusté pas à pas pour s’enchâsser parfaitement sur le bracelet. Sa fixation finale sera obtenue par collage à la résine puisqu’il n’est pas possible de réaliser un sertissage sur des formes aussi complexes.

Les matériaux employés sont très variés et choisis pour leur couleur. Sur ce bracelet, on retrouve du nacre, de l’abalone, de la turquoise, de l’onyx, de la malachite, du corail et de l’os. D’autres matériaux tels que le coquillage de spondylus (de couleur rose/orange), jaspe, tigrillo ou lapis-lazuli sont aussi souvent utilisé sur ce type de bijoux.

On voit bien, sur l’image précédente, la mise en place des fragments de pierres dans leur logement. Ces derniers sont collés en place et le bracelet sera ensuite poli entièrement pour atténuer les écarts de hauteur entre les différents fragments. Les trois parties du bracelet sont ensuite reliées les unes aux autres par des charnières en argent leur laissant la mobilité nécessaire pour que le bracelet puisse épouser le pourtour du poignet.

Le bracelet est ensuite finalisé par une chaîne rustique en argent avec un fermoir de type mousqueton avec un loquet.

Vue en gros plan de l’articulation du bracelet, la charnière est faite en argent 950 comme le reste du bracelet.

Lorsque ces bijoux sont produits en petites séries par les artisans péruviens, le process de fabrication diffère un peu. Ces derniers, après avoir réalisé un premier modèle de bracelet en argent sans pierres de la manière décrite précédemment, l’utilisent pour faire un moule qui leur permettra de recréer des modèles en cire à l’identique. Les modèles en cire servent alors à faire des moules en plâtre réfractaire dans lesquels sera coulé de l’argent en fusion, reproduisant alors de manière beaucoup plus simple la géométrie complexe du master. Il reste alors à lapider tous les fragments de pierres pour les loger dans leurs emplacements respectifs, un-à-un. Le travail nécessaire reste donc important.

Nicolas Tranchant.

Nota Bene: Pour la petite histoire, j’ai visité Cuzco lors de mon périple en Amérique Latine de 2007/2008 et j’avais été enchanté par la ville et son artisanat. C’est pourquoi lorsque j’ai lancé mon activité de vente de bijoux latinos j’ai ouvert une collection de bijoux péruviens en provenance de cette vallée. La réalisation d’un reportage photo sur la fabrication d’un bijou typique de la région de Cuzco est restée plus d’un an en projet, c’est chose faite aujourd’hui.

Bien que ce bracelet soit 100% péruviens dans le design, la technique de fabrication et les matériaux, il a été fabriqué dans nos ateliers au Mexique. Comme vous pourrez facilement le voir, on ne peut pas confondre les bracelets péruviens au design si original avec le style des bracelets mexicains.

Présentation:
Je suis Nicolas Tranchant, ingénieur ENSMM de formation. J’ai eu l’occasion de beaucoup voyagé, essentiellement en Amérique Latine, que ce soit pour mes études, mon travail d’ingénieur ou bien pour mon propre plaisir. J’ai ainsi appris l’espagnol et le portugais aux cours de mes voyages. Marié avec une mexicaine, je vis actuellement au Mexique, à puerto vallarta depuis 2012 d’où je gère différentes activités en ligne.

Gérant de la bijouterie en ligne Vivalatina.
Webmaster http://creation-bijoux-personnalises.fr/ la plateforme gratuite de communication des artisans bijoutiers

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked