Des indigènes occupent un site pétrolier pour réclamer de meilleurs soins

Share

Quelques 150 indigènes, armés de lances, occupaient mercredi une importante installation pétrolière dans l’Amazonie péruvienne pour exiger du gouvernement des investissements plus importants pour leur communauté face au coronavirus.

source : connaissancedesenergies.org

« Environ 150 personnes sont entrées illégalement sur les installations de la station numéro 5 de l’oléoduc nord-Pérou (ONP) où elles demeurent par la force », a indiqué l’entreprise étatique Petroperu dans un communiqué.

La société dit avoir évacué par précaution les employés de la station, sans préciser leur nombre, et a mis en garde « contre les graves dangers auxquels sont exposés les manifestants qui sont stationnés à l’intérieur d’une installation industrielle à haut risque ».

Des membres des communautés indigènes Chapra, Kandoshi, Kichwa, Shawi, Achuar, Awajun et Wampis sont arrivés à l’aube aux abords de la station pétrolière.

Ils réclament que des revenus générés par l’activité pétrolière dans la région soit destinés à la protection sanitaire des communautés indigènes, ainsi qu’à la construction d’un hôpital.

« Seuls les actes comptent. Pendant la pandémie nous avons été les derniers à être pris en charge », a déclaré à la presse la dirigeante autochtone Rosemary Pioc.

L’usine est située dans la région amazonienne de Loreto, à quelque 1.000 km au nord-est de Lima.

Petroperu a demandé aux autorités d’obtenir l’expulsion des manifestants de protéger cet oléoduc qui transporte du pétrole brut de l’Amazonie au Pacifique sur 800 km.

Les occupations ou attaques d’installations pétrolières dans la jungle péruvienne ont été fréquentes ces dernières années.

Le 9 août, trois indigènes sont morts lors d’affrontements avec la police lors d’une manifestation contre la pollution et la gestion de la pandémie devant des installations de la compagnie pétrolière canadienne PetroTal.

Depuis deux ans, plus de 120 communautés indigènes exigent que le gouvernement les consulte avant de signer des contrats d’exploitation pétrolière en Amazonie.

Début 2019, la station 5 de Petroperu, où se trouvent trois turbines pompant le pétrole, a été occupée pendant plusieurs semaines par des membres des communautés.

Au Brésil voisin, la Coordination des Organisations Indigènes avait souligné que « les peuples indigènes sont particulièrement vulnérables au nouveau coronavirus, avec un taux de contamination plus important de 249% que la moyenne nationale au Brésil et un taux de mortalité plus élevé de 224% ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked