Des tombes de chefs militaires Mochicas découvertes au Pérou

Share

De nouveaux tombeaux viennent d’être mis au jour dans les régions arides du nord du Pérou, là où se dressent les impressionnants centres cérémoniels d’une des plus puissantes civilisations antérieures aux Incas, celle des Mochicas.

source : sciencesetavenir.fr

par Bernadette Arnaud

Bien avant que l’empire Inca n’étende son emprise sur les Andes (XIV-XVe siècle), les Mochica (ou Moché) avaient mis en place un redoutable État sur la côte septentrionale du Pérou, entre le Ier et le VIIIe siècle de notre ère. Contemporains des Paracas et des Nazcas du sud du pays, les Mochicas se distinguaient par leur architecture monumentale, la cruauté des sacrifices humains auxquels ils recouraient fréquemment, ainsi que  la richesse de leurs rites funéraires.

Présentation des tombes de dignitaires Mochicas de la huaca Pueblo de Ucupe par l’archéologue péruvien Velko Marusic. ©Deisy Cubas / RPP News

Il y a quelques jours, la presse péruvienne s’est ainsi fait l’écho de la découverte, non loin de Chiclayo, par une équipe du Musée des Tombes royales de Sipan, de trois sépultures mochicas en briques d’adobe, au sein du complexe archéologique de la huaca Pueblo de Ucupe. L’une des sépultures, qui a été endommagée par de fortes pluies, contenait une femme et un enfant entourés d’offrandes de couronnes de cuivre et de vases en céramique, -parmi lesquels un erotico, une poterie à caractère sexuel spécifique aux Mochicas (lire encadré).

Céramique dite « erotico », découverte dans l’un des trois tombeaux Mochica . ©Ministère de la Culture du Pérou

Les deux autres tombes étaient occupées par des hommes ensevelis en compagnie de camélidés et d’objets précieux. En particulier des masques en cuivre, des coiffes, des ornements d’oreilles, des anneaux de nez (narigueras), des pectoraux en métal, ainsi que des bannières, désignant des membres de l’élite.

Gros plan d’un ornement cérémoniel. ©Deisy Cubas / RPP News

Ces emblèmes montrent que l’on a affaire probablement à des chefs militaires, selon l’archéologue Walter Alva, découvreur, en 1987, à Lambayeque, de l’extraordinaire chambre funéraire du « Seigneur de Sipan », le Toutankhamon sud-américain. Ces récentes trouvailles confirment l’importance accordée à l’activité militaire chez les Mochicas.

Eroticos : « […] Ces figurines à caractère sexuel découvertes dans les tombes mochicas sont plus à rapprocher de la sphère religieuse qu’à celle du fantasme. L’érotisme explicite de ces ébats modelés sur des vases de terre cuite, à d’ailleurs été un frein à leur étude, et ils ont plutôt fait l’objet d’un trafic lucratif au cours du XXe siècle. Actes de sodomie, fellations, relations hétérosexuelles […] toutes ces scènes sont façonnées de la manière la plus anatomiquement détaillée […]».

Pour en savoir plus: lire l’article consacré à ce sujet brûlant dans Sciences et Avenir (septembre 2005), sous le titre « L’érotisme sacré des Mochicas ».

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.