Deux Français condamnés à 15 ans de prison pour trafic de cocaïne

cocaineDeux Français, interpellés avec près de 10 kilos de cocaïne à LIma (Pérou), ont été condamnés à 15 ans de prison.

 

 

source : leparisien 

Deux citoyens français ont été condamnés à 15 ans de prison pour trafic de drogue par un tribunal de Lima (Pérou). Les deux hommes, identifiés comme étant Sylvain Piccin Della Poeta et Rachef Iscander, avaient été interpellés le 16 juin dans un hôtel de la capitale péruvienne en possession de près de 10 kilos cocaïne.

Selon le tribunal, la drogue était conditionnée et empaquetée de manière telle qu’elle attestait de l’appartenance des condamnés à une organisation de narcotrafiquants. La cour leur a également infligé une amende de 5.000 soles (environ 1.500 dollars). Les deux Français seront expulsés du Pérou une fois leur peine accomplie.

Le Pérou est avec la Bolivie et surtout la Colombie l’un des trois plus gros producteurs de coca du monde, plante dont les feuilles servent à fabriquer la cocaïne. Les mafias mexicaines sont particulièrement actives dans le trafic de stupéfiants au Pérou, selon les policiers de la lutte antidrogue.

il y en a qui ont de la chance dans leur malheur :

Conseil des ministres du 8 février 2017. Approbation de la convention sur le transfèrement des personnes condamnées entre la France et le Pérou.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et du développement international

ti : Le ministre des affaires étrangères et du développement international a présenté un projet de loi autorisant l’approbation de la convention sur le transfèrement des personnes condamnées entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République du Pérou.

Signée à Lima le 23 février 2016, la convention sur le transfèrement des personnes condamnées vise à permettre aux personnes condamnées ressortissantes des deux Etats d’être transférées vers leur pays d’origine pour y exécuter leur peine.

Elle répond au souhait de la France et du Pérou de rapprocher les personnes condamnées de leur environnement familial, professionnel et social d’origine, de mieux préparer leur réinsertion et donc de prévenir la récidive. Elle instaure en outre une procédure plus fluide et procède à une répartition claire des compétences entre les parties.

Cette convention vient compléter l’édifice conventionnel entre la France et le Pérou dans le domaine de la coopération judiciaire pénale après l’entrée en vigueur en 2016 de la convention d’entraide judiciaire en matière pénale, signée à Paris le 15 novembre 2012 et du traité d’extradition, signé à Lima le 21 février 2013.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked