Enfant adopté, Céline Giraud découvre le trafic d’enfants dont elle fait partie

Share

GiraudEn recherchant sa mère biologique, Céline Giraud découvre qu’elle n’a pas été abandonnée par cette dernière, mais qu’elle a été volée… Elle fait partie d’un trafic d’enfants qui a eu lieu en 1980. C’est un véritable choc.

 

 

source : .closermag.fr

Céline Giraud, 36 ans, raconte aux inRocks son émouvante histoire. Présidente de l’association La Voix Des Adoptés et auteur du livre J’ai été volée à mes parents, la jeune femme milite aujourd’hui en faveur des enfants adoptés. Née à Lima au Pérou, Céline Giraud a grandi à Paris avec ses parents adoptifs. Plus jeune, elle explique qu’elle ne s’intéressait pas vraiment à ses origines : « Quand on est enfant, on ne comprend pas bien ce que sont les tenants et aboutissants de l’adoption ». C’est seulement lorsqu’elle a accouché de son premier enfant qu’elle a ressenti un électrochoc. Elle s’est demandée comment sa mère avait pu l’abandonner. Celle qui était désormais maman a commencé à se poser des questions sur sa mère biologique. C’est à ce moment qu’elle a voulu la retrouver, sans encore être prête à la rencontrer. Céline Giraud a d’abord voulu s’imprégner de la culture péruvienne, les choses se sont faites petit à petit. Un ami policier l’aide et retrouve sa mère biologique et aussi ses frères et sœurs.

Au fil de ses recherches, elle découvre qu’elle n’a pas été abandonnée, mais que son adoption résulte d’un trafic d’enfants… un organisme péruvien proposait de l’aide à des femmes enceintes en situation d’extrême misère. C’était le cas de sa mère. Après l’accouchement, l’organisme séparait le bébé de sa mère en mettant en avant des raisons comme : « l’enfant est malade ou il ne doit pas être en contact avec sa mère car elle pourrait lui transmettre des bactéries ». Les enfants étaient ensuite proposés à l’adoption via des associations européennes. Lorsque Céline Giraud découvre cela c’est le choc : « J’ai ressenti beaucoup de colère et d’injustice par rapport à ma mère biologique et à mes parents adoptifs ». Cela prenait beaucoup de sens de plus pour elle à l’époque car elle était déjà maman.

En 2004, elle part au Pérou rencontrer sa mère biologique. Et l’année suivante, elle crée son association pour venir en aide à ceux qui seraient dans la même situation qu’elle. Elle a gardé contact avec sa maman puisqu’elle s’est rendue de nombreuses fois au Pérou depuis.

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.