La forteresse Kuélap, la merveille encore méconnue du Pérou

Share
kuelap IIDans le nord du pays, loin du Machu Picchu et de son million de touristes annuels, la forteresse de Kuélap, encore difficile d’accès, est un joyau méconnu. Ce site archéologique gigantesque devrait bientôt devenir une attraction majeure du pays andin.
source : ouest-france.fr
par  Jeremy Joly

 

Plus grand ou plus petit que le Machu Picchu ? Selon l’origine du Péruvien qui vous répond, la réponse ne sera pas la même. Derrière la rivalité géographique, les chiffres sont eux aussi incertains. La superficie construite de la forteresse de Kuélap s’étend sur 6 hectares et surpasse celle du Machu Picchu. Mais celui-ci peut s’enorgueillir d’une zone d’influence nommée « Sanctuaire » s’étendant, elle, sur plus de 32 000 hectares…

Là où le débat s’achève, c’est lorsque l’on compare la popularité respective des deux sites archéologiques. Plus d’un million de visiteurs se rendent en moyenne chaque année au Machu Picchu contre seulement 40 000 à Kuélap. Pourquoi une telle différence ?

Découverte en 1843, soit 62 ans avant le site inca, la forteresse de Kuélap, dans le nord du pays, est aussi plus ancienne, puisque construite entre le Xe et XIe siècle. Mais c’est le Machu Picchu, exploré en 1911 par l’universitaire américain Hiram Bingham, que le Pérou a choisi de favoriser, notamment en terme d’accessibilité. D’un côté, un train confortable, des infrastructures hôtelières haut de gamme. De l’autre, presque rien pour l’instant…

Environ 40 000 visiteurs se sont rendus sur le site en 2015. (Photo : Jérémy Joly)
Le site de Kuélap s’étend sur plus de 6 hectares et le parcourir s’apparente parfois à de la randonnée. (Photo : Jérémy Joly)

Difficile d’accès

La ville la plus proche, Chachapoyas, dans la région d’Amazonas, compte 20 000 habitants, un tout petit aéroport non desservi par les principales compagnies, et se trouve à près de 24 heures de bus de Lima, la capitale. Mais ces problèmes d’accès à la région ne sont rien, comparés aux difficultés que rencontrent les touristes pour se rendre sur le site lui-même…

Il faut d’abord prendre un minibus, pour un trajet de 3 à 4 heures. Et le voyage est loin de s’effectuer en première classe ! Routes cahoteuses, chemins de terre et plus d’une demi-heure d’ascension à pied sont au menu !

Une forêt de nuages

Mais le lieu en vaut la peine. Niché dans des montagnes, au cœur d’une « yunga », une forêt de nuages, typique des régions andines, le site apparaît au détour d’un virage. Se dévoile alors une muraille qui atteint par endroits les 20 mètres de haut. À l’intérieur plus de 400 édifices, dont certains encore en excellent état.

Pour accéder au site, on traverse une « forêt de nuages » aussi nommée « yunga ». (Photo : Jérémy Joly)
Le site, qui compte plus de 400 édifices, a été construit exactement sur l’axe nord-sud. (Photo : Jérémy Joly)

Ces constructions se découvrent l’un après l’autre, dissimulées dans une végétation abondante. « Ils ne veulent pas couper les arbres car ils ont peur d’endommager le site. Maintenant, cela fait partie du charme du lieu », explique notre guide Julio. Parmi les visiteurs, une majorité de Péruviens. Le site encore méconnu n’attire pas beaucoup d’étrangers, hormis de jeunes « mochileros » (terme utilisé pour désigner ceux qui voyagent pendant plusieurs mois avec un sac à dos).

Bientôt un téléphérique

Exception du jour, un couple de retraités québécois : « Cela fait plusieurs années que nous venons au Pérou, Kuélap était un des derniers sites qu’il nous restait à visiter et c’est vraiment impressionnant », précise David. Seul point noir pour eux, la fin du trajet, qui se réalise à pied et peut se révéler compliquée à 2 300 mètres d’altitude.

Le problème devrait être réglé dès juin. Un service de téléphériques sera alors mis en place dans le cadre d’un partenariat avec l’entreprise française Poma. Une première étape pour rendre le site plus attractif et le transformer en un « second Machu Picchu » selon l’État péruvien. Celui-ci ambitionne d’aménager de la même manière une vingtaine des 100 000 sites archéologiques que compte le pays dans les prochaines années.

L’entreprise française Poma a décroché le contrat du téléphérique de Kuélap qui devrait entrer en service en juin prochain. (Photo : Jérémy Joly)
Le Temple Majeur, d’un diamètre de 13,5 mètres, était le centre religieux de la forteresse. (Photo : Jérémy Joly)
Les murailles de la forteresse s’élèvent par endroits jusqu’à 20 mètres de hauteur. (Photo : Jérémy Joly)
Une multitude de gravures sont présentes à Kuélap, mais on ignore leur signification, pour la plupart. (Photo : Jérémy Joly)
Face au site, une vallée entourée de hautes montagnes, crée un cadre propice à la relaxation. (Photo : Jérémy Joly)

+

3 réponses à “La forteresse Kuélap, la merveille encore méconnue du Pérou

  1. Le Nord du Pérou offre beaucoup d’attractions Kuelap en est une, je prêche pour ma paroisse selon l’expression consacrée, rejoignez nous dans notre projet de retraite expatriée…

    • Bonjour François, est ce que tu pourras nous faire un point mensuel sur ce projet de retraite avec ce terrain prévu à cet effet et les montants à investir par membre Il serait intéressant d’ébaucher une sorte de charte de réglement pour traduire officiellement le projet Merci Cordialement

      • Pas de problème j’essaie de le faire au fur et à mesure que les questions arrivent, il y a déjà pas mal de début de réponses sur le Forum que nous avons ouvert sur le sujet. Effectivement il serait souhaitable de formaliser un peu les choses. Mais comme je l’ai écrit, peut être faudrait il être un peu plus nombreux, pour ébaucher quelque chose !

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :