La monnaie des Incas protégée contre la colère des dieux

Share



La devise péruvienne a bien résisté à la crise du coronavirus. Le pays, exportateur d’or, a des atouts pour endurer une longue période de marasme économique mondial.

source : lesechos.fr

Un scénario de lente convalescence de l’économie mondiale pénaliserait particulièrement les monnaies latino-américaines (Brésil, Mexique, Chili, Colombie) à l’exception de la devise péruvienne. Si la croissance et le commerce restent longtemps déprimés, les marchés des changes se focaliseront sur d’autres facteurs pour évaluer les monnaies et leurs vulnérabilités : solidité du pays, position extérieure nette (les actifs qu’il détient à l’étranger diminué des actifs nationaux détenus par les étrangers), risques politiques, capacité à mener des réformes…

« Crédibilité dans ses réformes fiscales »

lire la suite sur les echos

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked