« La protection de l’État est un rôle qui, dans la pratique, ne fonctionne pas ».

Share

Les leaders indigènes ont dénoncé devant la CIDH le meurtre des défenseurs de l’environnement et l’inaction de l’État péruvien pour contrer cette situation.

source : cocomagnanville

Servindi, 7 octobre 2020 – Les organisations indigènes et de la société civile au Pérou ont dénoncé devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) que l’État péruvien ne protège pas vraiment les défenseurs de l’environnement.

Lors d’une audience publique tenue le mardi 6 octobre, ils ont mis en doute l’inefficacité de l’État et ont accusé que « la protection qu’il offre n’est que de la paperasse qui ne fonctionne pas dans la pratique ».

Ils ont également averti qu’ils sont confrontés à une violation systématique de leurs droits qui comprend la dépossession de leurs territoires, le meurtre de leurs dirigeants et l’oubli et le désintérêt de l’État.

Crimes non punis

L’audition virtuelle qui s’est tenue mardi a réuni des dirigeants indigènes et des représentants de quatre communautés indigènes, ainsi que des membres de la société civile, de l’État péruvien et de la CIDH.

Le président de l’Organisation régionale Aidesep Ucayali (ORAU), Berlin Diques Ríos, a commencé la session en exprimant sa préoccupation quant aux problèmes qui ont conduit aux assassinats de défenseurs indigènes.

« Les mafias du trafic de drogue, de l’exploitation forestière illégale, du trafic de terres et de l’industrie de la palme se sont installées sur nos terres », a déclaré M. Diques, qui avait reçu des menaces de mort quelques jours avant cette audition.

L’Ucayali, juridiction de l’organisation indigène ORAU, est l’une des régions amazoniennes les plus touchées par la prolifération de ces activités.

En 2014, quatre dirigeants de la communauté indigène d’Alto Tamaya – Saweto ont été assassinés après avoir dénoncé aux autorités de l’État les activités des bûcherons illégaux sur leurs territoires.

Bien que six années se soient écoulées, Diana Ríos Rengifo, leader de cette communauté et fille de Jorge Ríos Pérez – un des leaders assassinés -, a dénoncé que la situation n’a pas changé.

« À ce jour, les tueurs sont toujours en liberté et nous sommes toujours menacés par la mafia et la corruption, sans la protection de l’État », a déclaré Ríos lors de l’audition.

Une situation similaire existe dans la communauté autochtone de Santa Clara de Uchunya, située dans la même région.

Efer Silvano Soria, président de la communauté, a rappelé à la session que depuis 2013, ils dénoncent la dépossession de leurs terres par l’entreprise de plantation de palmiers Plantaciones Pucallpa, aujourd’hui appelée Ocho Sur P.

Depuis lors, dit Silvano, la seule chose qu’ils ont reçue en retour sont des menaces de mort parce que les invasions sur leurs territoires n’ont pas cessé.

« Ce n’est qu’entre août et septembre de cette année que les envahisseurs ont continué à pénétrer dans la communauté. En ce moment, les trafiquants armés sont toujours à l’intérieur », a déclaré le leader indigène.

Les envahisseurs, selon le leader indigène, entrent dans sa communauté encouragés par la compagnie Ocho Sur P. qui voudrait étendre son territoire pour y implanter des plantations de palmiers à huile.

Servindi a récemment révélé que, depuis l’arrivée de cette société, la déforestation sur le territoire ancestral de la communauté a augmenté et connaît actuellement un deuxième pic de déforestation.

Ils ont également raconté comment, malgré deux ordres du gouvernement de cesser ses activités, Ocho Sur P. continue de fonctionner à ce jour.

Tués pendant la pandémie

Des organisations indigènes ont également fait état à la Commission interaméricaine du meurtre de deux leaders environnementaux indigènes pendant la pandémie.

Il s’agit d’Arbildo Meléndez Grandez et de Gonzalo Pío Flores, assassinés respectivement en avril et mai de cette année.

Meléndez était le chef de la communauté indigène Unipacuyacu (Huánuco), et pendant des années, il a demandé le titre de propriété des terres de sa communauté, ce qui a entraîné des conflits avec les envahisseurs.

Après sa mort, Jesús Cahuasa a dû prendre la relève. Il a participé à l’audience et a exigé que l’État résolve les titres des communautés indigènes.

« Pour les droits ancestraux, c’est à nous de décider. Je ne demande pas qu’ils nous donnent [des territoires], mais qu’ils respectent nos droits », a déclaré M. Cahuasa avec insistance.

Gonzalo Pío, pour sa part, a dirigé la protection des terres de la communauté Asháninka Nuevo Amanecer Hawai, située à la triple frontière de Junín, Ucayali et Pasco.

Il avait hérité de cette responsabilité depuis 2013, date à laquelle son père, Mauro Pío Peña, a également été tué pour avoir défendu le titre de sa communauté.

Gonzalo Pío a été kidnappé avec sa femme, Maribel Casancho Flores, en pleine pandémie et torturé. Lui, ils l’ont tué, et elle bien qu’elle ait été laissée pour morte, elle a réussi à survivre.

Grâce à ce « miracle », Maribel a pu être présente à l’audience devant la CIDH et n’a pas caché son indignation lorsque les représentants de l’État ont déclaré qu’elle avait déjà reçu une protection.

« C’est un mensonge que d’avoir une protection. Je l’aurai sur papier, car dans la pratique je ne l’ai pas. Ils me suivent, ils me prennent en photo. Que va-t-il m’arriver lorsque je quitterai cette audience », a déclaré la leader indigène.

Responsabilité de l’État

La délégation de l’État présente à l’audition était composée de Gonzalo Guillén, du ministère des affaires étrangères, Edgardo Rodríguez, du ministère de la justice et des droits de l’homme, Omar Tello, du ministère public, et Margarita Huamán, du ministère de la culture.

Lors de son intervention, Rodríguez a fait référence au protocole visant à garantir la protection des défenseurs des droits de l’homme, y compris les défenseurs de l’environnement, approuvé en avril 2019.

Jusqu’en septembre de cette année, il a déclaré que, grâce à ce protocole, ils ont reçu 15 demandes de protection, dont 8 ont été admises. 

Bien que l’objectif de ce protocole soit de garantir que les défenseurs puissent mener leurs activités sans être violés, divers spécialistes ont mis en garde contre ses limites.

L’avocat de l’Institut de Défense Légal (IDL), Álvaro Másquez Salvador, qui a également participé à l’audition, a souligné que la principale limite est le faible budget que cette initiative reçoit de l’État.

Il a également ajouté que ce protocole n’oblige pas les organes chargés d’enquêter et de punir les auteurs de violations des droits de l’homme, tels que le ministère de l’intérieur, le ministère public et le pouvoir judiciaire, à participer à ce processus.

L’avocat a estimé que les cas présentés à l’audience « montrent que l’État a manqué à ses obligations de prévenir, d’enquêter, de punir et de réparer les graves violations des droits de l’homme dont ces communautés ont été victimes ».

En ce sens, il a demandé aux commissaires de la CIDH d’envoyer une communication formelle à l’État, l’exhortant à prendre des mesures concrètes pour protéger les défenseurs de l’environnement.

Il a également demandé des informations sur l’impact de la corruption et l’état des procédures judiciaires mentionnées lors de l’audition.

Pour sa part, le rapporteur de la CIDH pour le Pérou, Stuardo Ralón, a proposé que les représentants de l’État mettent en place une table ronde virtuelle axée sur les entreprises et les droits de l’homme.

Ce groupe de travail servirait à analyser les différentes autorisations qui ont été données pour des activités dans des zones proches ou dans des zones qui correspondent aux territoires des peuples autochtones.

L’objectif est d’identifier des indicateurs et des mécanismes qui peuvent contribuer à atténuer la situation exposée par les communautés indigènes tout au long de la session.

Après avoir remercié le rapporteur pour son invitation, Edgardo Rodriguez, représentant l’État péruvien, a assuré que l’installation de cette table virtuelle serait bénéfique pour le pays.

« Une nouvelle opportunité d’intervention de la Commission interaméricaine va être tout à fait bénéfique pour le pays et surtout pour les défenseurs des droits de l’homme », a déclaré M. Rodriguez.

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 07/10/2020

« La protección del Estado son papeles que en la práctica no funcionan »

Líderes indígenas expusieron ante la CIDH el asesinato de defensores ambientales y la inacción del Estado peruano para contrarrestar esta situación. Servindi, 7 de octubre, 2020.- Organizacione…

https://www.servindi.org/07/10/2020/la-proteccion-del-estado

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked