L’AIDESEP demande une prime pour les femmes indigènes et la garantie de la sécurité alimentaire

Share

Le programme des femmes de l’Aidesep exige une prime pour les femmes indigènes, la fourniture de semences et d’autres propositions pour résister à la pandémie de la part des communautés sans accroître les écarts entre les sexes.

source : cocomagnanville

Par Patricia Saavedra

Servindi, 30 mai 2020 – Dans notre pays, la pandémie COVID-19 frappe durement l’Amazonie, en particulier les peuples et les communautés indigènes, dont les victimes augmentent chaque jour. 

Cependant, jusqu’à présent, il n’existe pas de données officielles qui permettent de ventiler ces victimes par peuples indigènes, et cette variable ethnique, à son tour, par sexe.

Pour éviter que ces écarts ne se creusent encore davantage pour les femmes indigènes, le programme des femmes de l’Association Interethnique pour le Développement de la Selva Péruvienne (Aidesep) promeut et discute avec l’État péruvien un ensemble de propositions.

Prime pour les femmes indigènes


« Nous disposons d’informations selon lesquelles la plupart des femmes indigènes ne bénéficient pas des bons du gouvernement, vivant pour une grande partie d’entre elles dans la pauvreté et l’extrême pauvreté », a déclaré Rocilda Nunta, responsable technique du programme des femmes de l’Aidesep.

La spécialiste du peuple Shipibo a déclaré que cette situation est aggravée par le fait que les paniers de produits de première nécessité fournis par les gouvernements locaux n’atteignent pas non plus les communautés.

Dans cette optique, l’organisation nationale amazonienne a demandé au ministère du développement et de l’inclusion sociale (Midis) le « Bon femme indigène ». La demande a été faite au groupe de travail pour la promotion des droits des femmes autochtones et indigènes, du ministère des femmes et des populations vulnérables (Mimp).

Garantir la souveraineté et la sécurité alimentaires


Dans un scénario pandémique et post-pandémique, la sécurité alimentaire des peuples indigènes est sérieusement compromise.

Dans cette optique, le programme Aidesep pour les femmes a exhorté le Midis à gérer et à faciliter la livraison de semences locales telles que les haricots, le maïs, les arachides, entre autres cultures à court terme.

Ces semences doivent être livrées aux communautés pour garantir la sécurité alimentaire et répondre à leurs besoins. Une autre alternative qui complète la proposition est la mise en place de fermes piscicoles, a déclaré l’organisation indigène.

Réactivation des PIAS


D’autre part, lors d’une réunion avec le ministre de la Santé Victor Zamora, Aidesep a informé que ce secteur s’est engagé à réactiver la Plateforme Itinérante d’Action Sociale (PIAS), qui permet de rapprocher les services de l’Etat des communautés.

Ainsi, par exemple, des programmes tels que Qaliwarma ou Pension 65 peuvent offrir leurs avantages dans les communautés et empêcher leurs habitants de se déplacer vers les villes voisines, les exposant ainsi à la contagion.


Autres situations de risque


En ce qui concerne la violence contre les femmes indigènes, le programme des femmes de l’Aidesep a insisté pour que l’intervention du Mimp soit adaptée aux zones indigènes de l’Amazonie.

À cet égard, ils ont noté qu’il est nécessaire d’envisager des maisons de refuge pour les femmes indigènes d’Amazonie qui sont victimes de violence.

En ce qui concerne la santé, Aidesep a indiqué que les directions régionales de la santé (Diresa) ne sont pas présentes malgré le fait que le plan d’attention pour les peuples indigènes ait déjà été créé.

L’inquiétude est que ce plan ne soit pas mis en œuvre dans des régions critiques comme l’Ucayali et Loreto.

« Les postes dans les communautés ne suffisent plus. Si nous devons vivre avec cette pandémie, dont on dit qu’elle va durer des années, alors nos postes devraient être comme des mini-hôpitaux », explique Zoila Ochoa, membre du conseil d’administration de l’Aidesep.

Ils ont également insisté sur le fait que ces actions doivent envisager l’incorporation de techniciens de santé indigènes, car cela faciliterait les soins ainsi que les processus d’information dans les communautés, y compris l’intervention dans les langues d’origine.

Zoila a expliqué une partie des propositions lors de son intervention dans le panel virtuel : Amazonie, pandémie et résistance indigène, qui s’est tenu le jeudi 28 mai, où elle a alterné avec des dirigeants du bassin amazonien.

Pour les mesures dans le domaine de l’éducation, ils suggèrent également une proposition similaire, car il existe des professionnels qui contribueraient au processus d’apprentissage.

Cela est notamment dû au fait que les contenus diffusés ne sont pas dans une langue et une approche interculturelle appropriées, ont-ils expliqué.

En outre, il existe de sérieuses limitations techniques telles que l’accès à l’Internet et, dans certains cas, même aux stations de radio. Tout cela suscite une grande inquiétude au sein des communautés indigènes car cela signifierait la perte de l’année scolaire pour les enfants indigènes.

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 30/05/2020

Piden crear bono mujer indígena y garantizar seguridad alimentaria

El Programa Mujer de Aidesep demanda un bono para las mujeres indígenas, dotación de semillas y otras propuestas para resistir la pandemia desde las comunidades sin acrecentar las brechas de género

https://www.servindi.org/actualidad-noticias/30/05/2020/edit-aidesep-se-debe-destinar-un-bono-la-mujer-indigena-y-garantizar

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked