le Machu Picchu menacé par la construction d’un aéroport ?

Share
Un projet d’aéroport pourrait bientôt voir le jour à proximité immédiate du site péruvien, affrétant des touristes toujours plus nombreux. Un danger pour la bonne conservation de la cité inca.

source : RTL.fr

n 2017, le site péruvien du Machu Picchu a accueilli pas moins de1,5 million de visiteurs. C’est le double de la limite recommandée par l’Unesco pour préserver la cité inca perchée à environ 2.430 mètres d’altitude. 

Malgré l’indignation des archéologues et des historiens, cet afflux touristique, qui dégrade peu à peu les ruines et l’écosystème local, risque de ne pas cesser de sitôt, rapporte le Guardian. Preuve en est : un projet d’aéroport de plusieurs milliards de dollars, pourrait bientôt voir le jour à proximité immédiate du site. 

En effet, des bulldozers sont déjà en train de gratter des millions de tonnes de terre à Chinchero, une ville voisine située à 3.800 mètre d’altitude et qui constitue la porte d’entrée de la vallée sacrée des Incas. Cette région était autrefois le cœur d’une civilisation allant de la Colombie moderne à l’Argentine et qui, au XVe siècle, était le plus grand empire du monde.

« Mettre un aéroport ici le détruirait »

“C’est un paysage construit. Il existe des terrasses et des itinéraires conçus par les Incas », explique Natalia Majluf, historienne de l’art péruvien à l’Université de Cambridge, qui a organisé une pétition contre le nouvel aéroport. « Mettre un aéroport ici le détruirait », assure-t-elle.

À l’heure actuelle, la plupart des visiteurs de la vallée passent par l’aéroport de Cusco, qui ne dispose que d’une piste et ne peut prendre que de petits appareils pour effectuer des escales en provenance de Lima, la capitale péruvienne ou La Paz, en Bolivie.

Une réponse à “

le Machu Picchu menacé par la construction d’un aéroport ?

  1. Voici ce que j’écrivais sur le sujet en 2013 sur notre site préféré, Il y a plus de vingt ans que j’entends parler de ce projet. Aujourd’hui les TVX ont commencé et plus rien ne pourra les empêcher. Une aberration lorsque le ministère de la culture Péruvien décide de limiter les accès au Machu Picchu

    tartuphe | 6 décembre 2013 à 17 h 40 min | Répondre

    Quelle horreur, construire un aéroport pouvant accueillir autant de monde si près d’un sanctuaire, comme le Machu Picchu, et ce seulement dans une optique mercantile. On peut comprendre que le Pérou ait besoin de devises, mais justement en conservant son image. Pas en transformant le Machu Picchu en un Disney Land. Quelle tristesse qu’un gouvernement comme celui qui a été élu au Pérou, accorde des droits de construction et d’exploitation d’un aéroport sur le plateau de Chinchero. Tout un éco système va être détruit, certainement des milliers de pièces inestimables faisant partie du patrimoine de l’humanité vont être détruits par les bulldozers et autres machines dévastatrices. Le pire de tout, dans cette course au mercantilisme effréné, c’est que la population locale n’en bénéficiera même pas. Son rôle se cantonnera à la mendicité en tenue typique accompagné de son lama pour la photo à one dollars.
    Une peine gigantesque, que de voir ces hélicoptères qui décolleront de l’aéroport international de Chinchero pour aller déverser leurs flux de touriste, à l’endroit où les prêtres Quechuas attachaient le soleil lors du solstice d’hiver. Ces touristes qui n’ont pour but, dans leurs courses aux trophées que de dire je suis allé au Taj Mahal à Kheops, j’ai marché sur la muraille de Chine, j’ai gravé mon prénom sur une pierre du temple d’Angkor j’ai pris ma photo avec en arrière-plan l’Huayna Picchu. Ce tourisme à deux cents km/h qui n’apprécie même pas ce qu’il voit, qui ne comprend et ne cherche même pas à comprendre le pourquoi du comment. Ce tourisme qui détruit, tout ce qu’il touche, ce tourisme, qui ne prend pas le temps de parler avec les gens, qui ne se rend même pas compte que sa présence fait plus de mal que de bien aux populations autochtones.
    Le Machu Picchu ça se mérite, il faut s’adapter doucement à l’altitude, prendre le temps de regarder autour du soi, prendre conscience que ce sanctuaire millénaire oublié du monde jusqu’en 1911, ne doit pas être violé, il faut souffrir pour l’apprécier, les préliminaires pour y accéder doivent être longs, faire ce qui est communément appelé le chemin de l’Inca, 4 jours et quatre nuits de marches pour y accéder sont un au minimum. Arriver le soir à la pointe du céro Machu Picchu et découvrir le sanctuaire épuisé, mais heureux de l’exploit accompli, après une dernière nuit à la belle étoile. Le Machu Picchu vous accueillera les bras ouverts, et vous révèlera ses secrets les plus intimes.
    S’il vous plaît, préservons ce qui peut encore l’être, ne transformons le patrimoine de l’humanité systématiquement en ressources financières, au profit que de quelques investisseurs dont le seul but est d’accumuler des dollars et encore plus de dollars.
    Si vous êtes pressé de visiter le Machu Picchu ne venez pas au Pérou, rendez-vous sur cette page Internet : http://panoramas.pe/machupicchu100.html

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.