Le metteur en scène stéphanois Jean-Louis Pichon plébiscité au Pérou

Share

Lyrique. Il vient de mettre en scène avec succès « Roméo et Juliette » à l’opéra national de Lima, nous l’avons joint.

 

source : leprogres.fr

Depuis son départ de l’Opéra Théâtre de Saint-Étienne, Jean-Louis Pichon, qui en fut le directeur, mène une carrière internationale de metteur en scène. Il a notamment travaillé à plusieurs reprises à Santiago du Chili où il a monté entre autres « Lakmé » et « Les dialogues des Carmélites ». Sa dernière production l’opéra de Gounod « Roméo et Juliette » créée l’an dernier à Santiago, vient d’être invitée au Pérou. Pour la première fois, le Stéphanois a donc travaillé pour le Grand Théâtre national de Lima dans le cadre du Festival de l’Opéra « Alejandro Granda ».

Donnée ces jours derniers, la production a été très applaudie. La presse péruvienne a d’emblée salué la mise en scène pertinente de Jean Louis Pichon et la prise de rôle du ténor Juan Diego. « Il fait une entrée remarquable et remarquée dans ce répertorie français qui ne lui est pas encore familier mais auquel il peut beaucoup apporter », nous a confié le metteur en scène que nous avons joint.

« Le meilleur ténor léger de tous les temps »

Autour de ce jeune ténor, qualifié de « meilleur ténor léger de tous les temps » par Placido Domingo, la distribution constituée de jeunes artistes est apparue « convaincante tant dans le jeu que dans le chant » si on en croit les critiques publiées sur le site de blogueurs péruviens spécialisés en opéra.

« Nous avons été très applaudis, nous a confié Jean Louis Pichon, chaque soir notre travail a été salué par une standing ovation, c’était très émouvant. Notre travail a plu et nous avons beaucoup parlé de Massenet et notamment de Werther avec la direction de l’opéra ». Le Stéphanois qui, de retour en France, devrait reprendre son rôle d’Henri Higgins, vieux célibataire dans « My fair Lady » à l’opéra de Metz puis à l’opéra de Massy, doit faire une reprise du « Roi d’Ys » donné ce printemps à Marseille qui l’engage pour une nouvelle production d’« Hérodiade ». Il a aussi en projet un Werther à Bologne en Italie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked