Le Pérou est devenu le laboratoire de L ‘Oréal

Share

La société française de cosmétique a lancé dans le pays et presque exclusivement une nouvelle ligne de maquillage et un format ‘retail’.

source : elcomercio.pe

traduction Fdenizot

Sa pénétration encore faible dans le pays, ainsi que la complexité du marché cosmétique, a permis à L’Oréal de prendre certaines licences d’innovation, qui ont conduit le Pérou à devenir son laboratoire de nouveaux produits et formats, assure son PDG sur le marché local, Renato Abramovich.

Dans ce contexte, la société française de cosmétique a lancé cette année, presque exclusivement, une ligne de maquillage pour peaux sensibles (base, poudres compactes, eye-liner, masques à cils, etc.)sous le parapluie de La Roche-posay, marque qui participe à la catégorie des protecteurs solaires.

En mai dernier, ils ont lancé leur seul stand de L’ Oréal Paris, très semblable aux kiosques de Maybelline au centre commercial jockey Plaza. C’est le premier d’une série de projets de création de l’entreprise, et son développement vise à recruter de nouvelles consommatrices qui, en plus d’acheter les produits, peuvent recevoir des conseils personnalisés de leur part, dit l’exécutif. Il révèle qu’ils sont également en train d’évaluer quatre autres formats, qui pourraient être lancés cette année.

“AU PÉROU, NOUS AVONS DEUX DÉFIS ÉVIDENTS : ÊTRE LA FILIALE QUI DIRIGE LA CROISSANCE EN AMÉRIQUE LATINE ET ÊTRE LE CENTRE D’ESSAIS PILOTES DE NOUVEAUX PROJETS »

“Au Pérou, nous avons deux défis évidents : être la filiale leader de la croissance en Amérique latine et être le centre d’essais pilotes de nouveaux projets, qui, une fois testés et selon leur évolution, peuvent être reproduits dans d’autres pays”c’est ce que dit l’exécutif.

FRONTS DE CROISSANCE
Pour ce qui est de son expansion, explique-t-il, son pari est que cette année 2019 soit meilleure que l’année dernière, période au cours de laquelle ils ont augmenté trois fois le PIB et ont gagné une position sur le marché.
Cela est dû en partie à la stratégie commerciale appliquée et à l’ajout de marques de soins de la peau Skin Ceuticals et Cerave. Cette dernière a un ticket inférieur aux produits de La Roche-posay, ce qui lui permet d’élargir sa base de consommateurs dans les segments C, D et E, affirme Renato Abramovich.

Comme en 2018, la consigne pour cette année est de donner beaucoup plus de force aux lancements. Nous allons investir davantage dans de nouveaux produits, mais aussi dans le marketing, en améliorant notre image publicitaire pour gagner plus de parts de marché et devenir plus visibles. Nous ne sommes pas encore aussi connus que nous le voudrions, avoue-t-il.

Au début de 2019, L’Oréal a déjà ajouté de nouveaux produits à son portefeuille de marques. C’est ainsi qu’il a commencé la commercialisation de sa nouvelle ligne pour visage Skin (partie garnier); pour les produits capillaires, qui est la catégorie la plus compétitive Ils ont fait de même avec leurs crèmes à coiffer Fructis Hair Food de garnier et à Elvive ils ont apporté la franchise Dream Long (rêves de cheveux longs), traitement pour cheveux qui a été très bien accepté par les millennials, détaille Abramovich.

Il souligne que, de cette manière, ils ont bien démarré l’exercice en cours, remplissant les objectifs de ses quatre divisions : produits professionnels (pour salons de beauté et stylistes), consommation massive [qui présente 50% de ses ventes], luxe (particulièrement parfums) et dermocosmétique.

L ‘Oréal, dans sa division professionnelle (où il est très fort), poursuivra une stratégie de valorisation de l’industrie ;dans la division dermocosmétique, sa marque la plus démocratique (Cerave) leur permettra de gagner plus ‘market share. et dans la consommation, l’idée est de renforcer la catégorie capillaire et d’accélérer l’expansion du maquillage avec Maybelline, Vogue, Nyx, et d’autres lignes.

L’exécutif explique que plus la masse critique augmente, plus le groupe investira. “Les objectifs de croissance des ventes et de la rentabilité se situent toujours dans des pays (comme le Pérou), où la facturation augmente fortement la pression pour obtenir de bonnes marges de rentabilité, sont plus faibles. Alors que dans d’autres, où les opérations sont plus matures, la stratégie est à l’envers.

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.