Le peuple Isconahua

Share

Peuple autochtone du Pérou. Le nom du peuple isconahua vient du terme iscon qui signifie «  oiseau páucar  » et nahua, terme utilisé par plusieurs peuples dont la langue appartient à la famille linguistique Pano, pour désigner leurs voisins, les «  autres  » ou les  » étrangers « .

par Coco Magnanville

source : cocomagnanville.over-blog.com

https://www.ecured.cu/index.php?curid=831414

Histoire 
 

Les premiers témoignages ethnographiques sur les isconahua remontent à la fin du XVIIIe siècle à travers l’histoire d’un missionnaire franciscain lors de son voyage à la mission de Sarayacu, qui mentionne les « remos » qui habitaient la rive droite du fleuve Ucayali et ses affluents. Pour l’auteur, les remos seraient les ancêtres des Isconahua et l’un des premiers groupes qui auraient été absorbés par les Shipibo-konibo (Matorela 2004).

Au cours du XIXe siècle, de nombreuses expéditions à travers l’Ucayali à la mission de Sarayacu mentionnent les indigènes Remos, qui sont en désaccord avec les Konibo. En 1862, les pères franciscains ont pu contacter un petit groupe d’Indiens remos qui habitaient la quebrada de Piyuya, les appelant Hiscis-Báquebu, et les rassemblant dans une zone appelée Schumaná. Cependant, ce groupe s’est rapidement enfui dans la Piyuya à la suite d’une attaque par un groupe de Konibo (Matorela 2004).

À la fin des années 1950, les missionnaires de la SAM sont entrés dans le territoire occupé par les Isconahuas vivant isolés et ont influencé la décision d’un groupe de familles de s’installer dans les communautés autochtones du village Shipibo-Konibo. On sait, par exemple, qu’environ 5 familles Isconahua sont arrivées dans la communauté de Callería, avec un total de 26 personnes, enfants, adultes et personnes âgées (Matorela 2004).

En 1993, l’Association Interethnique de Développement de la Selva Peruana (AIDESEP) a présenté à la Direction régionale agraire de l’Ucayali la « proposition de démarcation territoriale des groupes autochtones sans contact, dont les Isconahua ». Selon le dossier technique de la proposition, les isconahua sont un groupe de migrants indigènes qui apparaissent chaque année en amont des rivières Abujao, Utiquinia et Callería.

En 1998, la Réserve Territoriale Isconahua a été créée par le RDR N° 00201-98- CTARU/DRA, située dans le district de Callería, province de Coronel Portillo, département d’Ucayali, à la frontière du Brésil ; son extension de 275.665 ha. comprend les sources des rivières Abujao, Utuquinía et Callería.

Selon le dossier technique pour la création de la Réserve Territoriale Isconahua, la population Isconahua de la réserve était estimée à 240 personnes regroupées en 16 familles (AIDESEP 1995). Selon la Direction des peuples autochtones en situation d’isolement et de premier contact, les Isconahuas vivant dans la réserve se trouvent principalement dans les cours supérieurs, les rivières et les affluents des rivières Abujao, Piyuya Bushaya, Utuquinía et Callería, y compris une partie de la zone frontalière Pérou-Brésil (MINCU 2015).

Pérou- Reconnaissance de peuples isolés dans la Sierra del Divisor - coco Magnanville

Pérou- Reconnaissance de peuples isolés dans la Sierra del Divisor – coco Magnanville

Fuente de la imagen: AIDESEP Servindi, le 25 juillet 2018 – La Commission Multisectorielle (L.28736) sur les Peuples en Isolement a approuvé les études préliminaires de reconnaissance (EPR) des …

http://cocomagnanville.over-blog.com/2018/07/perou-reconnaissance-de-peuples-isoles-dans-la-sierra-del-divisor.html

La langue

La langue Isconahua (ou iskonahua) est utilisée par les personnes du même nom, dont la population totale de locuteurs isolés a été estimée à 240 personnes en 1995, année où l’étude technique pour la création de la Réserve Territoriale Isconahua a été réalisée. Par différents travaux anthropologiques et de documentation de la langue Isconahua, on sait aussi qu’une grande partie des membres de ce peuple vit entre la ville de Pucallpa et les communautés autochtones principalement Shipibo-konibo, telles que Chachibai et Callería, dans le district Callería, département d’Ucayali. 
La langue Ishconahua appartient à la famille linguistique Pano et est sérieusement menacée (Ministère de l’Education 2013).

Pérou - L'alphabet de la langue originaire Iskonawa rendu officiel - coco Magnanville

Pérou – L’alphabet de la langue originaire Iskonawa rendu officiel – coco Magnanville

traduction d’un article d’avril 2018 en relation avec l’article sur le peuple Isconahua L’alphabet Isconahua comprend 18 graphies Andina, le 22 avril 2018 – Le Ministère de l’Education a …

http://cocomagnanville.over-blog.com/2019/06/perou-l-alphabet-de-la-langue-originaire-iskonawa-rendu-officiel.html

image  https://www.ecured.cu/Isconahua#/media/File:Isconahua.jpg

Institutions sociales, économiques et politiques 
 

Les isconahuas en situation d’isolement et de premier contact migrent de façon saisonnière à la recherche de nouvelles ressources pour leur subsistance. Selon Matorela (2004), les Isconahuas ont eu l’habitude de vivre en saison dans de grandes maisons, surtout pendant la saison des pluies. Selon cet auteur, pendant la saison sèche, les familles Isconahua se déplacent vers les plages des rivières et des ruisseaux à la recherche d’œufs de taricaya (tortue amazonienne).

En ce qui concerne les activités productives, les Isconahua mènent des activités de subsistance, à petite échelle et uniquement pour la subsistance de groupes familiaux. Une activité traditionnelle importante est la chasse, une activité exclusivement masculine qui se pratique toute l’année, mais d’une manière plus intense en période d’inondation. La pêche est également une activité exclusivement masculine , elle est pratiquée collectivement, tandis que l’agriculture et la cueillette sont considérées comme des activités féminines (AIDESEP 1995).

Croyances et pratiques ancestrales  
 

Les activités productives du village sont apprises des parents aux enfants. Ainsi, dès le plus jeune âge, les enfants commencent le long processus d’apprentissage en accompagnant leurs parents et leurs aînés dans la chasse, la pêche, l’agriculture ou la cueillette jusqu’au moment où le jeune arrive à la cérémonie d’initiation et démontre qu’il est prêt pour la vie adulte (AIDESEP 1995).

L’application de peintures corporelles est une pratique répandue chez les Isconahua, pour laquelle le huito et l’achiote (colorant rouge) sont utilisés pour peindre le visage et une partie du corps. Cela se fait surtout dans les cérémonies d’initiation, de mariage, de mort ou lors de la chasse et de la pêche collectives (AIDESEP 1995).

Autres données 
Outre les deux processus au niveau national, le peuple Isconahua a participé au processus de consultation préalable sur la proposition de classer la zone réservée de la Sierra del Divisor comme parc national.

traduction carolita du site bdpiculturagobpe

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.