Le peuple Quechua du Napo ou Napuruna

Share

Autres noms : napuruna, kichwaruna Langue : c’est une variété de kichwa connue sous le nom de napo-kichwa ou napo-runa.

source : cocomagnanville.over-blog.com

par cocomagnanville

Emplacement

Département du Loreto, province de Maynas, districts d’Iquitos, Mazan, Napo, Putumayo, Ttorres Causana.

Département de Madre de dios, province de Tampotata, district de Las Piedras

Sur les ríos Napo et Tahuamanu.

Ils habitent aussi en Equateur dans le haut Napo et sur ses affluents, ils sont alors connus sous le nom de Kichwa (de l’Amazonie) et comptent environ 70.000 personnes.

Au Pérou : 8632 personnes

Avec un total de 8632 individus, y compris les Quechuas dits Santarrosinos, les Quechuas du Napo représentent 3,6% de la population autochtone recensée.

Les estimations de population pour ce groupe – avant le recensement de 1993 – allaient d’un minimum de 6 000 (Wise et Ribeiro, 1978) à un maximum de 12 050 personnes (Uriarte, 1976). D’après les informations recueillies par Mora (1994) à partir du recensement de 1981, il a été possible de déterminer que 43 établissements comptant une population totale de 6026 personnes avaient été recensés.

La moyenne actuelle d’habitants par établissement est de 142 personnes, allant du plus petit établissement avec seulement 23 individus au plus grand avec un total de 430 personnes. L’indice de masculinité est de 107,0 hommes pour 100 femmes.

La répartition de la population par groupe d’âge montre une population relativement jeune : 51,5% ont moins de 15 ans, alors que seulement 1,9% ont 65 ans ou plus.

Le recensement de 1993 considérait les Quechuas du Napo et les Quechuas du Tigre et du Pastaza comme un seul groupe. Par conséquent, afin d’obtenir des informations démographiques pour ce groupe, il a été nécessaire de détacher les données se rapportant aux Quechuas du Tigre et du Pastaza, et il n’a pas toujours été possible de désagréger les données. Pour cette raison, aucune information n’est disponible concernant le taux brut de mortalité pour ce groupe.

Histoire

Les Quechuas du Napo sont pour la plupart des descendants des Quijos, traditionnellement situés sur le territoire actuel de l’Equateur, amenés au Pérou par les patrons ducaoutchouc où ils rejoignirent des populations qui avaient perdu leur identité ethnique d’origine, comme les Omaguas, Archidonas, Sonus, Vacacocha, Záparos, Aushiris, Semingayes et quelques familles Jibaro. Les colons et les missionnaires jésuites ont implanté la langue quechua parmi ces groupes pour faciliter le travail d’évangélisation.

Les abus et l’exploitation de cette population ont déclenché de grandes rébellions comme celle d’Avila et d’Archidona en 1578 et celle des quijos en se basant sur la pénurie de main d’œuvre dans la production de la shiringa. Dans le même but, un autre groupe est déplacé vers le département de Madre de Dios, donnant naissance aux Quechuas dits Santarrosinos. Selon Tessmann, vers 1925, en raison de l’activité missionnaire, très peu de choses ont été préservées des cultures autochtones issues de ces populations qui utilisaient le quechua comme lingua franca.

En 1972, selon Mercier, deux Quechua du Napo ont assisté au congrès des dirigeants Shipibo cette année-là et quelques mois plus tard, ils ont encouragé la tenue d’un congrès similaire parmi leurs compatriotes. Dans cette assemblée, ils ont décidé d’élire leurs propres dirigeants et de se libérer des patrons.

Depuis lors, ils ont développé des activités telles que l’extraction du bois, l’élevage du bétail, l’agriculture et la traite des fourrures de manière de plus en plus indépendante.

Organisation sociale


Dans le système de parenté napo quechua, l’unité fondamentale est le groupe consanguin bilatéral appelé ayllu. Bien qu’il n’existe pas de règle prescriptive du mariage, le tabou de l’inceste s’étend aux parents de sang bilatéraux du premier degré et aux personnes avec lesquelles une parenté symbolique est établie (compadres). Le modèle de résidence post-maritale est uxorilocal – la place du couple dans la maison des parents de la femme. La parenté symbolique du compadrazgo est établie par le parrainage du mariage, du baptême et de la première communion.


Activités économiques

L’horticulture sur brûlis est l’une des principales activités économiques de ce groupe. Dans les vergers ils cultivent du manioc, des bananes, des arachides, du maïs, des patates douces, de la canne à sucre et des arbres fruitiers. La chasse, la pêche et la cueillette sont également des activités importantes pour leur subsistance. L’élevage de petits animaux complète l’alimentation à mesure que les ressources de chasse et de pêche se raréfient.

Les Quechuas du Napo commercialisent du riz, du jute, du maïs et divers fruits, ainsi que des peaux et des bois fins. Cette dernière activité est en grande partie réalisée sous le système d’habilitation des patrons.

Parmi les Quechuas du Napo, les analphabètes représentent 36% de la population âgée de cinq ans et plus. Un faible niveau d’éducation est également observé, puisque 30% de ce groupe de population n’est pas allé à l’école. L’enseignement primaire est le niveau d’éducation le plus élevé pour 59% de cette population. Un faible pourcentage de la population a bénéficié l’enseignement secondaire (5%).

Les organisations indigènes


ORKIWAN – Organisation Kichwaruna Wangurina
FECONAMN – Fédération des Communautés Natives du Moyen-Napo
FECONAFROPU – Fédération des Communautés Natives frontalières du Putumayo

traduction carolita du site peruecologico.com

Quechua del Napo

Quechua del Napo

QUECHUA DEL NAPO

http://www.peruecologico.com.pe/etnias_quechnapo.htm

Les Kichwas du Napo ou Napuruna (Quijos-Quechua)

Ce sont les descendants des Quijos traditionnellement situés en Equateur et au Pérou. Ils ont rejoint des peuples poussés par l’expansion des caucheros.

La pêche et la chasse étaient les activités essentielles des hommes.

Avant d’aller chasser, ils fumaient du tabac dans le cadre de la pratique ancestrale. Dans les cendres du tabac ils pouvaient identifier l’animal qu’ils allaient chasser. Si aucune image n’apparaissait, cela voulait dire que le chasseur rentrerait bredouille.

feuilles de guayusa By Anna Premo – Author, FAL, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16064558

Ils buvaient aussi un thé préparé avec les feuilles du guayusa (ilex guayusa, proche du maté), une plante de l’Amazonie équatorienne contenant de la caféine, de la théobromine, des stimulants réduisant la fatigue physique et combattant le stress.

By Fionashek22 – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61429161

Ils chassaient surtout des guans ou guantas (oiseau pénélope) présentes dans la forêt, avec des sarbacanes et des fléchettes empoisonnées engourdissant les proies. Sinon ils fabriquaient des trappes (en quechua tocclas) qui projetaient l’animal dans l’air.

préparation du barbasco pour la pêche – By Fionashek22 – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61425663

Les femmes travaillaient la terre dans les fermes pendant que les hommes chassaient et pêchaient.

La cuisine n’utilisait pas de sel mais des cendres de certaines plantes en remplacement.

chonta By Priscila Morales (UDLA) – Priscila Morales (UDLA), CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61429599

Les aliments de leur culture étaient les patates douces, les bananes, le manioc, le maïs, le riz, les haricots, le chonta, les cœurs de palmier, les piments, la viande et le poisson.

Ils cultivaient l’ayahuasca et le tabac.

plant d’ayahusca By Priscila Morales (UDLA) – Priscila Morales (UDLA), CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61429600

Un plat traditionnel était le yuyucallana, incluant des plantes comme le yuyu (palmier), la fleur de chonta et la fleur de bananier.

plat de tilapia- By Iestrella – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61407829

Le tilapia maito était le poisson favori, pris dans des puits.

La nourriture était cuite au feu enveloppée dans des feuilles de bijao (en quechua llaki panga), servie sur le sol sur des grandes feuilles de bananier.

nourriture dans feuille de bananier- By Sauvemel73 – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61410845

maito By Sauvemel73 – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61410844

By Iestrella – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61407832

Artisanat

Les Quijos portaient des bijoux sur la poitrine, les bras, le nez.

Un ornement particulier était un bouchon encastré dans la lèvre inférieure. Un autre ornement en or se trouvait inclus aussi dans le nez.

By Erika Sambache (UDLA) – Erika Sambache (UDLA), CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=61430024

Source wikipedia

La nationalité Kichwa de l'Amazonie - coco Magnanville

La nationalité Kichwa de l’Amazonie – coco Magnanville

pueblo kichwa karanki Peuple autochtone de l’Amazonie équatorienne et péruvienne dépositaires de la culture Inca qui s’étendait sur la partie occidentale de l’Amérique du sud entre l’océan Pa…

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.