Le procureur général réintègre les deux procureurs anticorruption

Share

Au Pérou, le procureur général de la République revient sur sa décision.

source : RFI.fr

Il réintègre finalement dans leurs fonctions les deux procureurs spéciaux qui enquêtaient depuis six mois sur une vaste affaire de corruption. Sa décision de les destituer, le 31 décembre, avait provoqué des manifestations dans les rues de Lima.

Le procureur Pedro Gonzalo Chavarry avait écarté les deux enquêteurs sous prétexte de manque de rigueur et de partialité. Mais l’un d’entre eux l’avait accusé lui-même de dissimulation et d’obstruction dans ces enquêtes pour des faits de corruption.

RFI a pu joindre, ce mercredi soir, cet enquêteur, Jose Domingo Perez, qui n’a pas été encore formellement informé de sa réintégration. Il explique en tous cas qu’il faut continuer la lutte contre la corruption.

Le procureur général se justifie en expliquant que les remplaçants désignés avaient de toute façon décliné le poste. Et il demande aux deux procureurs réintégrés d’être désormais plus transparents dans leurs enquêtes.

Projet de loi

Cette marche arrière s’explique aussi par la réaction de l’opinion publique et les critiques très vives du président Martin Vizcarra. Ce dernier a d’ailleurs interrompu un voyage au Brésil pour présenter ce mercredi au Congrès un projet de loi déclarant le parquet en état d’urgence.

« La vice-présidente du Congrès a manifesté l’intérêt du pouvoir législatif d’examiner ce texte en priorité, a déclaré le chef de l’Eta péruvien. C’est d’ailleurs son obligation puisqu’il s’agit d’un projet urgent dont l’examen est sujet à des délais limités. Je me félicite de la décision du procureur général de restituer dans leurs fonctions les deux procureurs spéciaux qui enquêtaient sur des affaires de corruption. Il est toujours bon de rectifier les décisions polémiques mais le projet de loi visant à déclarer le parquet en état d’urgence doit toujours être examiné par le Congrès. »

S’il est voté, il entraînera la suspension de ses responsables, parmi lesquels, justement, le procureur général Pedro Gonzalo Chavarry qui tentait donc, peut-être, de sauver sa tête.

#Chavarrydehors

La leader de l’opposition Keiko Fujimori, actuellement en détention préventive, a même fait savoir par un tweet qu’elle soutenait le projet de réforme de la justice. Finalement, deux procureurs suprêmes ont demandé mercredi la démission du procureur de la République Pedro Chavarry, l’accusant d’avoir compromis le développement d’enquêtes emblématiques de la lutte contre la corruption au Pérou.

Alors qu’il est lui-même accusé d’obstruction et de dissimulation dans le cadre du scandale Odebrecht, Pedro Chavarry est aujourd’hui un homme bien seul. Le hashtag #FueraChavarry, #Chavarrydehors est d’ailleurs tendance au Pérou, rappelle notre correspondant à Lima, Eric Samson.

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.