Les Nascas et l’eau

Share

4.3 ANALYSE DES « ENSEMBLES »

4.3.1 Composition
Comme nous l’avons vu chaque « ensemble » se compose :

par Jacky Galvez

épisode N°7

  • D’une« figure de base » (rectangle, trapèze ou triangle)
  • D’un système de « lignes » complexes :
  • – des « zigzags » qui sillonnent la figure de base,
  • – des « lignes » droites parallèles à la figure de base,
  • – des « lignes » qui coupent et recoupent la figure de base en divers endroits,
  • D’un, ou plusieurs, triangle de tailles différentes,
  • D’une, ou plusieurs « spirales », (ou formes, animales ou non, qui auraient la même fonction que les spirales),
  • Et, tous ces « ensembles » sont reliés les uns autres.

4.3.2 Figures de base

a – « ronds de couleur sombre »

A chacune des extrémités des figures de base, quelle que soit leur forme, on y voit des ronds de couleur sombre, comme si l’on avait fait des « trous » pour y planter des pieux par exemple, la plupart des rectangles en ont deux, un à chaque extrémité, les trapèzes deux à leur sommet et un à leur base, les triangles deux à leur base et un à leur sommet, sur certaines figures on en voit trois alignés : deux plus grands et un petit au milieu.

Certaines marques sombres aux bases et sommets des grandes  figures géométriques ont un diamètre entre 2 à 4 m.

Sur les grandes figures géométriques on peut constater que ces « marques sombres » sont des monticules :

b – Déplacement de figures géométriques et/ou « ensembles »

Certaines figures semblent avoir été remaniées, déplacées, ou remplacées par d’autres, comme sur cette image où l’on voit un enchevêtrement de figures :

Comme si l’on avait voulu changer leurs orientations en fonction de la pente, en quelque sorte les « réparer ».

Sur  l’image ci-dessous l’on voit qu’il y a une deuxième double spirale qui a été refaite par-dessus une autre, et il subsiste les restes d’une autre ancienne spirale au niveau des cercles sur le haut de l’image, sur la partie droite de l’image l’on voit que cet « ensemble » a été remanié à plusieurs reprises :

Sur celle-ci également l’on peut voir qu’elle a été remaniée à plusieurs reprises, on peut y voir aussi une « fleur » sur la partie droite de l’ensemble et un dessin sur la partie gauche de celui-ci (dans les cercles) :

4.3.3 Systèmes de lignes accompagnant les figures de base

Ce qui est frappant c’est la précision avec laquelle certaines de ces lignes ont été dessinées et tracées, tant dans leur largeur que leur rectitude, mais quand on voit les réalisations architecturales réalisées par ces anciennes civilisations ce n’est pas étonnant non plus.

Ce que l’on peut dire c’est que :

  • Le mode de conception utilisé est le même dans tous les « ensembles », peut être des cordes tendues, on voit dans tous ces « ensembles » de nombreux trous  dans les courbes de leurs « lignes », comme si l’on avait planté des pieux pour tirer des cordes des uns aux autres et faire le tracé des lignes, ou tendre autre chose.
  • Qu’ils sont composés de « lignes » de différentes largeurs qui vont des plus larges aux moins larges, c’est-à-dire que beaucoup de « lignes » vont souvent en décroissant, n’oublions pas que certaines de ces  « lignes » font plusieurs mètres de largeur et les plus petites 1 m environ,
  • Que toutes ces « lignes » s’entrecroisent et coupent et recoupent les figures géométriques de base dans tous les sens.

Exemples :

La « ligne » de 5 m de large au bas de l’image est la continuité

de la « ligne » la plus large se trouvant en oblique sur la partie gauche de l’image,

on voit que celle-ci va en décroissant dans sa largeur.

  • Certaines lignes sont formées par une rigole et d’autres ne sont qu’une simple trace blanchâtre sur le sol, comme des chemins,
  •  Il est possible que certaines de ces lignes aient servi à tracer les figures géométriques et les « ensembles ».

J’ai pris cette figure pour essayer, vu ses dimensions et sachant comment sont formés les « ensembles » je me suis dit qu’il n’était pas logique que l’on ne voit que cela de cette figure :

J’ai essayé de tracer un certain nombre de lignes à partir du point du rectangle qui se trouve en dessous et d’autres qui étaient parallèles entres elles autour de cette figure. J’ai ensuite recherché s’il existait des traces de trous et essayé de tirer des lignes autour de la figure à partir de ceux-ci.

La tâche fut ardue car à cet endroit il n’existe pratiquement pas d’autres indices, et l’activité humaine a effacé certaines surfaces.

Si l’on retire toutes les lignes autour de la figure pour y voir plus clair, on s’aperçoit que d’autres « lignes » sont visibles, y compris un début de « zigzag », et l’on peut même voir les lignes d’un dessin (celui-ci n’est référencé nulle part).

Faute de netteté à une hauteur inférieure à 500 m d’altitude en moyenne je n’ai pas pu faire mieux !!

La partie hachurée semble avoir été volontairement effacée, ou supprimée, peut être par les Nascas eux-mêmes.

Je pense que celles et ceux qui ont voulu nous montrer les géoglyphes de Nasca, faute de ne pas avoir de satellites à l’époque, nous ont caché sans le vouloir une partie de ceux-ci.

4.3.4 Liaisons entre les « ensembles » et les systèmes liés à l’eau

L’examen minutieux des diverses liaisons entre les divers « ensembles » d’un même secteur m’a permis de constater que tous les « ensembles » étaient en liaison avec les installations liées soit à la récupération et au transport de l’eau (aqueducs), soit au stockage (bassins, puquios, etc.), ou encore avec les systèmes de distribution (irrigation).

Sur l’image ci-dessus l’on y voit les « ensembles » (en rouge) situés au-dessus de Palpa, un aqueduc (en bleu) qui longe la vallée, des aqueducs plus récents situés en hauteur sur le versant et qui sont reliés aux « ensembles » situés juste au-dessus, et les liaisons avec les systèmes d’irrigation des champs de cultures.

En examinant de plus près ces interconnexions on constate que dans  les parties anciennes d’habitations ces systèmes aboutissent à des « bassins », qui eux-mêmes sont ensuite connectés au système d’irrigation ou aux puquios.

En jaune, les dimensions approximatives de ces « ensembles ».

Où qu’ils soient situés (Palpa, El Ingenio, Nasca, etc.) tous les « ensembles » ont un rapport avec tous les systèmes de transport, de récupération, de distribution et de stockage de l’eau.

Autre exemple,  « ensemble » situé à Rio Grande :

On peut voir sur l’image ci-dessus que les « lignes » de liaison aboutissent toutes à des anciennes installations, certainement des systèmes de stockage et de redistribution de l’eau.

Si on s’éloigne, on peut également se rendre compte de sa liaison avec les « ensembles » situés sur le plateau au-dessus de Rio Grande.

Sur l’image ci-dessous l’on peut voir que les connexions des « ensembles » situés à Nasca mènent à l’aqueduc, qui lui-même mène aux puquios.

Si l’on regarde le site de Cahuachi, les géoglyphes se trouvent au-dessus de la cité et devaient alimenter  celle-ci en eau, en-dessous l’on y voit un ancien aqueduc, je ne serais pas étonné que l’on découvre un jour un aqueduc enseveli entre les géoglyphes et la cité de Cahuachi.

Partie Nord du plateau de Nasca :

Je n’ai pas tracé toutes les « lignes », ni toutes les interconnexions pour rendre l’image plus claire, mais on peut y voir les connexions avec l’aqueduc (en bleu) qui longe la vallée de El Ingenio.

En jaune quelques relevés altimétriques et la position de quelques figures.

Il en est de même pour tous les « ensembles », où qu’ils soient situés dans la région de Nasca, leurs connexions mènent à chaque fois à des installations de collecte, de transport, de stockage et de distribution de l’eau.

à vendredi prochain

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.