Les pays amazoniens demandent à la Banque Inter-américaine de Développement de structurer le financement de leur initiative de développement durable

Share
Les dirigeants des pays amazoniens ont annoncé mardi qu’ils demanderaient à la Banque interaméricaine de développement (BID) de structurer une initiative de financement destinée à canaliser des fonds pour le développement durable dans la forêt.

source : .enviro2b.com

Les Présidents de la Colombie, du Pérou, du Brésil, de la Bolivie et de l’Équateur et des représentants du Guyana et du Suriname ont tenu un sommet virtuel pour discuter des efforts continus de protection de l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde et, rempart essentiel contre le changement climatique.

« Afin de protéger notre souveraineté, notre souveraineté environnementale, nous sommes plus unis que jamais afin que les résultats que nous avons incorporés dans notre plan d’action puissent avoir un financement, être viables et avoir l’impact souhaité », a déclaré le président colombien Ivan Duque dans son discours d’ouverture.

Les incendies de l’année dernière ont suscité une inquiétude accrue pour l’Amazonie, où les incendies se multiplient à nouveau cette année.

L’année dernière, les sept pays ont signé un pacte pour protéger l’Amazonie via le principe de coordination des interventions en cas de catastrophe, et de la surveillance par satellite.

Le financement de plusieurs projets

Les pays demanderont à la BID de « formuler, structurer, mettre en œuvre et administrer l’Initiative de financement du développement durable et de la bio-économie pour l’Amazonie », ont-ils déclaré dans un communiqué conjoint. Les fonds proviendraient de banques publiques, privées et multilatérales mais aucun montant n’a été précisé.

L’initiative vise à « garantir une meilleure canalisation et une meilleure gestion des fonds provenant de tous les mécanismes de financement disponibles », a ajouté le communiqué.

Le fonds fournira des ressources pour aider à changer les modes de production, soutenir une activité économique sans déchets, soutenir les villes, les infrastructures et le tourisme durables et lutter contre les activités illégales.

Il soutiendra également la prévention et l’attention aux catastrophes et la surveillance des forêts, indique le communiqué.

Les pays chercheront également à organiser un sommet avec le secteur privé et d’autres acteurs pour travailler sur les investissements potentiels dans les chaînes de production axées sur la conservation, ont-ils déclaré.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked