Les personnes en deuil trouvent de nouveaux espaces pour les urnes mortes du Pérou

Share

Le photographe d’Associated Press, Rodrigo Abd, a visité les maisons des plus proches pour documenter comment ils ont créé des espaces pour les restes de leurs proches.

source : news-24.fr

Beaucoup de personnes en deuil étaient encore sous le choc, choquées par la mort de leur mère, père, sœur, frère ou enfant, et par le besoin inattendu de trouver une place pour leurs cendres dans la maison où elles avaient vécu.

Certains ont créé des sanctuaires pour les morts, souvent dans les endroits qu’ils aimaient le plus chez eux. D’autres ont placé les cendres dans un espace temporaire en attente d’inhumation dans un cimetière, à côté d’articles de tous les jours tels que des pièces de vélo ou au-dessus d’une armoire à chaussures.

Certains disent qu’ils aimeront avoir les cendres à portée de main où ils pourront placer des fleurs fraîches ou manger et boire près des restes de leur être cher. Pour d’autres, l’urne devient le centre d’un espace vide, un rappel de leur chagrin et de leur incapacité à réaliser les anciennes traditions.

Alejandro Flores Rojas, 76 ans, est assis entre les jantes, les engrenages et les outils dans l’atelier de vélo de son fils.

« Pour l’instant, mon père restera ici dans l’atelier car je n’ai pas le temps de lui trouver un meilleur endroit ces jours-ci », a déclaré le fils, Leonardo Neto Flores, 36 ans.

L’urne avec les cendres d’une femme de 68 ans se trouve dans une minuscule pièce où elle vivait avec son mari. Les murs sont recouverts de carton et il y a à peine assez de place pour se déplacer entre le lit et la table avec l’urne de Maria Cristina Carmen. Son mari Rolando Yarlequé, qui travaille comme menuisier, prévoit une vente de produits alimentaires à proximité afin de collecter des fonds pour acheter une place dans un cimetière.

Yarlequé, un chrétien évangélique, a déclaré qu’il attendait avec impatience le jour où il pourra enterrer les cendres de sa femme comme l’exige sa résurrection.

«Si Dieu le veut, il me la rendra et nous nous retrouverons dans un paradis où il n’y a ni larmes ni chagrin», a-t-il dit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked