L’ex-président Humala inculpé dans le scandale de corruption Odebrecht

Share

La justice péruvienne a inculpé mardi l’ex-président Ollanta Humala et son épouse Nadine Heredia pour blanchiment d’argent présumé dans le cadre du scandale de corruption Odebrecht qui éclabousse la classe politique latino-américaine, a annoncé le parquet.

source : newworldtv.com

« Nous sommes en train d’inculper formellement l’ex-président Ollanta Humala et son épouse pour blanchiment d’argent dans le dossier de corruption de l’entreprise Odebrecht », a déclaré le procureur German Juarez Atoche.

Si les magistrats estiment les charges retenues contre lui et son épouse suffisantes, ils fixeront alors la date du procès.

Il s’agit de la première inculpation contre un ancien président péruvien dans le scandale Odebrecht.

Ce géant brésilien du BTP a distribué pendant plus d’une décennie un total de 788 millions de dollars dans une dizaine de pays latinoaméricains pour remporter des contrats, selon le ministère américain de la Justice (DoJ). L’entreprise a reconnu avoir versé 29 millions de dollars de pots-de-vin au Pérou entre 2005 et 2014.

Ollanta Humala (2011-2016) et son épouse Nadine Heredia, 42 ans, ont été emprisonnés pendant neuf mois, jusqu’en avril 2018. Ils sont accusés d’avoir reçu un financement illégal de trois millions de dollars de la part d’Odebrecht lors de la campagne électorale qui l’avait conduit au pouvoir.

Nadine Heredia a été mise en cause par l’ancien dirigeant d’Odebrecht au Pérou, le brésilien Jorge Barata, qui a confié aux enquêteurs péruviens lui avoir remis personnellement l’argent.

Outre M. Humala, deux autres anciens présidents péruviens – Alejandro Toledo (2001-2006), et Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018) sont dans le collimateur de la justice qui enquête sur eux dans cette affaire.

M. Toledo se trouve aux Etats-Unis et Lima cherche à le faire extrader, tandis que M. Kuczynski a été placé début mai en résidence surveillée à Lima, après avoir été opéré durant sa détention provisoire.

Le troisième ex-chef de l’Etat éclaboussé, Alan Garcia (1985-1990 et 2006-2011), s’est quant à lui suicidé d’une balle dans la tête le 17 avril au moment où la police venait l’arrêter à son domicile.

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.