L’opposition cherche à destituer Martín Vizcarra

Share

En juillet dernier, le président Martín Vizcarra a présenté au Congrès une réforme constitutionnelle qui comprenait des élections générales anticipées pour sortir de al crise politique que traverse le pays.

source : bolivarinfos

traduction Françoise Lopez

Au Pérou, le groupe d’opposition a déjà les deux tiers nécessaires pour destituer le président Martín Vizcarra pour éviter le mécanisme constitutionnel de dissolution du Congrès proposé par le président en juillet dernier.

La majorité au Congrès, décrite par les analystes comme fijimoriste et néolibérale rejette son projet d’élections anticipées de 2021 à 2020.

Vizcarra a indiqué que cette mesure ne cherche qu’une issue à la crise politique de plus en plus grave que traverse le pays depuis les dernières élections de 2016.

Gino Costa, un législateur appartenant au principal parti d’opposition Force Populaire (FP) a noté qu’ils ont obtenu les deux tiers des voix, c’est à dire 87 sur les 130 du Congrès à une chambre.

Le FP ne perd pas l’espoir de trouver des éléments qui lient le président à des délits graves qui justifient sa destitution bien qu’ils envisagent aussi la possibilité de prétexter une « incapacité morale permanente » selon le slogan de la presse péruvienne.

Ce parti d’opposition, dirigé par Keiko Fujimori, actuellement en prison pour blanchiment d’argent, a refusé de prendre en considération la marche massive des organisations sociales et politiques qui a été organisée en soutien aux élections anticipées.

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.