Meurtre d’une dirigeante indigène septuagénaire

Une dirigeante indigène septuagénaire, engagée dans la défense des droits culturels des populations d’Amazonie au Pérou, a été tuée par balle, jeudi, dans la région d’Ucayalí.

 

source : .lessentiel

L’institution «déplore l’assassinat de la sage indigène Olivia Arévalo, qui était une érudite en matière de connaissance des traditions du peuple Shipibo-Conibo», indique un communiqué du ministère de la Culture, qui entend «clarifier les faits avec la plus grande célérité». Les Shipibo-Conibo sont l’un des peuples indigènes d’Amazonie, qui vit dans le bassin de la rivière Ucayalí, dans la région homonyme, au pied de la cordillère des Andes.

La Fédération des communautés natives d’Ucayali et ses affluents (Feconau) a fait état du meurtre d’Olivia Arévalo, une femme de 74 ans, précisant sur son compte Facebook qu’elle avait été atteinte de cinq balles à la poitrine, tirées par des inconnus dans la communauté «Victoria, Gracia», située dans la province de Coronel Portillo, dans la région d’Ucayali. La Feconau a «condamné énergiquement» ce meurtre et en a appelé à «l’opinion nationale et internationale» pour que «l’État péruvien garantisse la vie des autres dirigeants indigènes du peuple Shipibo Conibo, aujourd’hui confronté à des menaces de mort»

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked