Monde indigène Pérou au 4 octobre 2020

Share

Condamnation des menaces

L’Organisation régionale Aidesep de l’Ucayali (ORAU) a condamné les menaces de mort proférées contre ses membres après qu’un travailleur de cette institution ait été agressé et abattu le 1er octobre.

source : cocomagnanville

par Janeth Apari et Renzo Anselmo

L’attaque a eu lieu alors que José Luis Malpartida López, technicien administratif de l’ORAU, marchait sur l’avenue Amazonas dans le district de Yarinacocha, province de Coronel Portillo, à Ucayali.

Un sujet l’a intercepté et lui a tiré dessus, le blessant grièvement vers 13h13 jeudi dernier.

Après le crime, dans la soirée du même jour, une note menaçante a été trouvée dans les locaux de l’ORAU :

« Plus tard, on s’attaquera à la vie de Berlin Diques et de Jamer Lopez », dénonce l’organisation régionale.

C’est pourquoi l’ORAU exige une action immédiate de la police nationale, du ministère public et du pouvoir judiciaire afin que ce regrettable événement ne reste pas impuni.

Article à ce sujet traduit en français : http://cocomagnanville.over-blog.com/2020/10/perou-combattre-les-geants.html

Tentative de meurtre d’un militant écologiste

Une tentative de meurtre d’un défenseur de l’environnement a été enregistrée le mercredi 30 septembre dans la communauté de Yanta, province d’Ayavaca, Piura.

Ismael Acha, 46 ans et militant contre l’exploitation minière, a été attaqué au couteau par Elvia Majuan. Il a été blessé par des coupures au bras et à la côte.

L’agresseur est le secrétaire de la communauté paysanne de Yanta et est accusé par la population de travailler comme promoteur dans l’entreprise minière Río Blanco Copper SA.

http://cocomagnanville.over-blog.com/2020/10/perou-nouvelle-tentative-de-meurtre-d-un-defenseur-de-l-environnement.html

Audition sur les menaces envers les défenseurs

 La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a accordé une audience publique à un groupe d’organisations indigènes et de la société civile au Pérou.

Leurs représentants présenteront à l’organisme quatre cas où la corruption a violé les droits des défenseurs indigènes en Amazonie et de leurs communautés.

L’audition, qui se tiendra le mardi 6 octobre, intervient à un moment où des dirigeants indigènes du Pérou ont été tués, même pendant l’état d’urgence national.

163 journalistes sont morts pendant l’état d’urgence

 Selon l’Association nationale des journalistes du Pérou, 163 journalistes sont morts et au moins 500 ont perdu leur emploi depuis le début de l’état d’urgence décrété par COVID-19.

Elle a détaillé que 92 journalistes ont perdu la vie à cause du coronavirus et 71 à cause de complications de santé qui n’ont pas été prises en charge en raison de la saturation du système de santé.

Malgré le fait que les grands conglomérats de médias aient accepté le programme Reactiva Peru, ils ont réduit les salaires et licencié leur personnel en ne renouvelant pas ou en mettant fin prématurément aux contrats.

La déforestation se développe sur le territoire indigène adjacent à Ocho Sur P.

La déforestation dans la communauté de Santa Clara de Uchunya, près de la rivière Aguaytía (Ucayali), a augmenté ces dernières années et aurait l’un des pires records en 2020.

Une étude du Forest Peoples Programme révèle que cette communauté autochtone a perdu plus de 6 500 hectares de forêt entre 2016 et 2019. 

Elle précise également que la perte de 1 241 hectares de forêt jusqu’à présent, rien qu’en 2020, est en cours, selon des informations datant du 18 août.

Les dirigeants communautaires lient la déforestation à l’entreprise de palmiers à huile d’Ocho Sur P., qui a reçu deux ordres du gouvernement pour arrêter ses activités au cours des deux dernières années.

Formalisation de la plate-forme indigène sur le climat

Le ministère de l’environnement a annoncé l’installation de la Plateforme des peuples autochtones pour faire face au changement climatique neuf mois après l’approbation des règlements de la loi-cadre sur le changement climatique.

Il a également officialisé la création de la plateforme en tant qu’espace des peuples indigènes, qui sera installé dans les 10 jours ouvrables.

La plateforme sera chargée de « gérer, articuler, échanger, systématiser, diffuser et suivre les propositions des peuples autochtones en matière de mesures d’adaptation et d’atténuation ».

La désertion des écoles et des universités s’est accrue pendant la pandémie.

Plus de 200 000 écoliers ne sont pas inscrits dans le système éducatif et plus de 170 000 étudiants universitaires ont abandonné leurs études pendant la pandémie COVID-19, révèle le ministère de l’éducation.

De même, plus d’un million d’écoliers indigènes ont été partiellement touchés par la situation, selon le bureau du médiateur.

Rien que dans la région de Junín, plus de 30 000 étudiants n’ont pas encore eu accès à la stratégie Aprendo en Casa. La plupart des personnes touchées sont issues de communautés amazoniennes, comme les Asháninka.

http://cocomagnanville.over-blog.com/2020/10/perou-tragedie-de-l-education-les-abandons-scolaires-et-universitaires-pendant-la-pandemie.html

TC évite de soutenir la consultation préalable sur les concessions minières.

La Cour constitutionnelle a tourné le dos à un recours en amparo qui visait à soutenir le droit à la consultation préalable sur les concessions minières accordées sur les territoires communaux.

Le procès a été intenté par la communauté paysanne San José de Llungo, de Puno, contre le ministère de l’énergie et des mines et l’Institut géologique, minier et métallurgique.

La décision du TC évite de se prononcer sur la question de savoir si les concessions minières qui chevauchent des terres communales doivent être consultées.

Le Pérou doit se déclarer exempt d’OGM.

Si le Pérou veut protéger pleinement sa biodiversité au niveau national, il doit se déclarer comme un pays sans OGM.

C’est l’avis de Luis Gomero, agronome et président du Consortium agro-écologique péruvien, lorsqu’il a été consulté sur le moratoire contre les OGM au Pérou qui expire en 2021.

Le spécialiste a précisé que, bien que la mesure la plus rapide devrait être d’étendre le moratoire aux OGM, l’objectif final devrait être d’interdire totalement leur entrée dans le pays.

45 camps miniers illégaux détruits à Madre de Dios.

Les forces armées et la police nationale ont détruit des camps miniers illégaux dans la zone tampon du parc national d’Alto Purús le 25 septembre.

L’activité minière illégale endommage les zones naturelles de Pariamanu, où des communautés indigènes isolées, comme les Mashco Piro, ont été localisées.

Dans cette région, la déforestation a augmenté de 70 % au cours de l’année dernière, selon le projet de surveillance de l’Amazonie andine.

Servindi produit ce petit résumé d’actualité tous les week-ends. Pour accéder à toutes les notes plus développées, nous vous invitons à visiter notre portail web www.servindi.org.

Traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 04/10/2020

Mundo Indígena Perú: El resumen nacional de Servindi

Servindi, 4 de octubre, 2020.- Compartimos nuestro boletín semanal de noticias, edición Perú, con algunos de los hechos más destacados de la semana en el ámbito indígena y ambiental del país…

https://www.servindi.org/actualidad-noticias-producciones-audios-resumen-peru-radiotec

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked