Le pape François appelle à un synode sur l’Amazonie

Le pape François souhaite organiser un synode spécial sur l’Amazonie, une première. Le souverain pontife a annoncé la tenue de cette réunion ce dimanche 15 octobre à l’issue d’une messe où il a canonisé 35 saints, parmi lesquels 30 Brésiliens. Ce synode se tiendra à Rome en octobre 2019 et tient particulièrement à cœur au pape argentin.

source : RFI

« L’objectif principal de cette convocation est de trouver de nouvelles voies pour l’évangélisation de cette portion du peuple de Dieu, en particulier les indigènes, souvent oubliés et privés de la perspective d’un avenir serein, notamment à cause de la crise touchant la forêt amazonienne, poumon d’une importance capitale pour notre planète », a souligné le pape pour expliquer la tenue de cette assemblée.

L’idée lui trottait dans la tête depuis longtemps. En mai dernier, les évêques du Pérou en visite au Vatican avaient entendu de la bouche du pape sa volonté d’organiser ce synode « pour les peuples amazoniens du Venezuela, de la Colombie, de l’Équateur, du Pérou, de la Bolivie et du Brésil ».

L’Amazonie, où vivent de nombreux peuples autochtones menacés, est un sujet de préoccupation pour le souverain pontife argentin. En 2015, avec l’impulsion du pape lui-même, naissait le Réseau ecclésial panamazonien (Repam), plateforme d’échange réunissant les conférences épiscopales, mais aussi les Caritas de la région et plusieurs ordres missionnaires, afin de protéger la région et les communautés qui y vivent.

Comme le pape Pie X fut l’un des premiers à alerter sur le sort des indigènes exploités dans les plantations de caoutchouc, le souverain pontife dénonce souvent le sort fait aux peuples amazoniens. Régulièrement aussi des missionnaires catholiques paient de leur vie la défense des indigènes.

Il y a trois semaines, le pape recevait les évêques d’Equateur à Rome et leur expliquait l’importance d’entrer dans la culture indigène en se mettant avant tout à l’écoute. Une véritable mission qui sera désormais débattue à Rome dans deux ans.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked