Pérou : Chinalco va pouvoir exploiter la mine de Toromocho

Share

toromochoLe complexe minier de Toromocho dans le centre du Pérou, l’un des plus importants projets d’exploitation de cuivre au monde, développé par le groupe chinois Chinalco, a été inauguré mardi par le président Ollanta Humala.

source : lesechos.fr

Patience récompensée pour le producteur chinois d’aluminium Chinalco. En effet, le président péruvien Ollanta Humala dans le centre du Pérou a inauguré mardi le complexe minier de Toromocho, l’un des plus importants projets d’exploitation de cuivre au monde , développé par le groupe chinois Chinalco dans la région de Junin.

Chinalco avait pris le contrôle de Toromocho en 2010 dans le cadre d’une concession de 30 ans, avec une option de renouvellement. Mais la mise en production avait été repoussée à 2013, notamment afin de permettre le relogement des habitants de la commune de Morococha, qui se trouvait sur le site de la mine, dans une ville nouvelle construite à quelques kilomètres de là (voir la vidéo ci-dessous).

Le géant chinois de l’aluminium a investi jusqu’à présent dans ce projet 3,5 milliards de dollars sur les 4,82 milliards prévus au total. Le solde des fonds sera injecté d’ici à 2016. Pour ce faire, Chinalco a, en février dernier, introduit à la Bourse de Hong Kong, sa filiale Chinalco Mining Corp.

Recettes fiscales

Les réserves de la mine de Toromocho sont estimées à 2 milliards de tonnes de minerais composés en majorité de cuivre. Elles contiennent également de l’argent et du molybdène, selon le ministère péruvien de l’Energie et des Mines. Chinalco, estime que la production annuelle devrait atteindre 1 million de tonnes de concentrés de cuivre, 10.000 tonnes d’oxyde de molybdène et 4 millions d’onces d’argent.

L’exploitation de cette mine géante permettra à l’Etat péruvien de récolter des recettes fiscales de l’ordre de 1,8 milliard de dollars. Les mines contribuent à hauteur de 56% aux exportations totales du Pérou, qui est le deuxième producteur mondial de cuivre et le sixième pour l’or.

JEAN-MICHEL GRADT

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked