Quelle issue pour les législatives au Pérou

Share

Un Parlement fragmenté et une claque pour l’opposition fujimoriste, c’est ce que retient la presse du scrutin de dimanche, mais pas seulement.

source : rfi.fr

Les leçons à tirer de ce scrutin sont très diverses. Pour le quotidien Peru 21, la grande surprise de ces législatives est le retour du parti Frepap, le Front populaire agricole du Pérou, un parti évangélique de centre droit qui s’est hissé en deuxième position, juste après l’Action populaire.

Le site d’information argentin Pagina 12 lui titre sur la défaite du « Fujimorisme ». Le parti Force populaire a perdu sa majorité, il est tombé à la sixième place. « Avec peut-être 8 partis au total, le nouveau Congrès est très fragmenté. Aucune majorité claire ne se dégage de la composition du Parlement, qu’elle soit en faveur de l’opposition ou du gouvernement ». De toute façon, ajoute Pagina 12, « le Congrès ne compte pas de parti gouvernemental, car le président Martin Vizcarra (qui bénéficie d’un taux de popularité solide avec 58 %) n’est pas affilié à un parti politique ».

Pas de grand enthousiasme dans la population

C’est ce qu’on peut lire dans El Comercio. Mais le mérite principal du scrutin, poursuit le journal, c’est d’avoir mis fin à une « anomalie institutionnelle ». Sans Parlement depuis la dissolution du Congrès décidée par le président le 30 septembre dernier, le Pérou a été gouverné par décret. Il n’y avait plus d’équilibre des pouvoirs. Un gouvernement sans contre-pouvoirs et sans contrôle peut entraîner des dérives pour la démocratie, écrit El Comercio. « Après tout, une démocratie, c’est un système dans lequel les gouvernants doivent rendre des comptes aux gouvernés. Le président ne doit pas avoir le sentiment d’avoir un chèque en blanc pendant 5 ans, d’où des élections normalement en même temps que la présidentielle pour un organe de contrôle, à savoir le Parlement », estime El Comercio.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked