Référendum au Pérou: le président Vizcarra veut «renforcer l’Etat»

Share

24 millions de Péruviens doivent se rendre aux urnes ce dimanche (le vote est obligatoire) pour un référendum voulu par le président Martin Vizcarra.

 

source : RFI.fr

Le chef d’Etat, au pouvoir depuis mars dernier, dit vouloir renforcer l’Etat pour lutter contre la corruption, une cause populaire qui lui a déjà permis de redorer son blason dans les sondages.

Il est d’abord proposé de réformer la magistrature, aujourd’hui largement décrédibilisée par une série de scandales. Un conseil national de la justice doit être crée pour mettre fin à la corruption des juges.

Puis, pour endiguer celle des hommes politiques, le référendum propose d’interdire le financement privé des campagnes électorales et de limiter le nombre de mandats. Si ce point est accepté, les députés devront attendre cinq ans avant de se représenter.

Enfin, les électeurs devront aussi décider s’ils veulent remplacer l’actuel Congrès unique par un système à deux Chambres.

Pour le président Martin Vizcarra, il s’agit de « renforcer l’ensemble de l’Etat afin de vaincre les mafias criminelles et corrompues ». Une cause populaire qui doit par ailleurs lui permettre d’asseoir son pouvoir vis-à-vis du Parlement. Un Parlement dominé par le parti d’opposition de Keiko Fujimori, la fille de l’ancien dictateur Alberto Fujimori, aujourd’hui en prison. Quatre ex-présidents sont également visés par des enquêtes.

le 11-12-2019

Le Pérou vote en faveur de réformes constitutionnelles anti-corruption

Les Péruviens ont approuvé dimanche 9 décembre par référendum l’interdiction de réélire les membres actuels du Congrès, l’une des quatre réformes constitutionnelles anti-corruption proposées par le président Martin Vizcarra.

source: rfi.fr 

Selon des résultats officiels provisoires portant sur 55,69% des bulletins, les Péruviens ont voté à 78,34% l’interdiction de réélire les membres actuels du Congrès. Les 130 législateurs actuels se retrouveront donc sans emploi à l’issue de leur mandat actuel prévu le 28 juillet 2021.

Deux autres réformes, sur le mode de désignation des juges et le financement des partis politiques, ont été approuvées, selon ces résultats provisoires. En revanche, les électeurs ont refusé de rétablir un système bicaméral, proposition initialement soutenue par le président Vizcarra qui s’était ensuite ravisé pour ne pas rogner les pouvoirs présidentiels.

Les quatre derniers présidents dans le collimateur de la justice

Ce référendum « marque le début d’un changement que nous souhaitons pour le Pérou et pour tous les Péruviens », a déclaré Martin Vizcarra à l’issue du scrutin. Ces résultats viennent soutenir la légitimité de cet ingénieur de 55 ans quasiment inconnu lorsqu’il a succédé à Pedro Pablo Kuczynski. Ce dernier, au pouvoir depuis 2016, avait démissionné fin mars, accusé d’avoir menti sur ses liens avec le géant brésilien du BTP Odebrecht, au cœur d’un vaste scandale de corruption qui ébranle une partie de la classe politique d’Amérique latine.

Les quatre derniers présidents du pays sont dans le collimateur de la justice péruvienne dans ce scandale : outre Kuczynski, il s’agit d’Alejandro Toledo (2001-2006), Alan Garcia (1985-1990, 2006-2011) et Ollanta Humala (2011-2016).

Donnez votre avis en laissant un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.