Une salle de banquet de la culture mochica datant de plus de 1500 ans mise au jour !

Ce sont des traces archéologiques de plus de 1500 ans qui ont été mis au jour par des scientifiques péruviens, des vestiges évidents de la culture pré-inca nommée Moche (ou aussi appelée Mochica), qui a peuplé le nord du Pérou, il s’agit de salles protocolaires qui devaient servir de lieu de réunion à de hauts dignitaires.

source : actulatino

par Aline Timbert

La découverte a eu lieu dans une petite huaca (centre sacré ) située dans le quartier de Lagunas-Mocupe, à 30 kilomètres au sud de Chiclayo. .

Les espaces retrouvés se situent dans le complexe archéologique de Limón, dans la région nord de Lambayeque, cette découverte permet aux experts d’obtenir des informations sur le développement de rites officiels majeurs concernant le mode décisionnel des leaders et des caciques dans la région.

« Ces scènes étaient représentées dans l’iconographie du monde Mochica mais nous n’avions jamais eu la chance de retrouver physiquement cet espace », explique l’archéologue Walter Alva, investigateur en chef du Musée des Tombes royales de Sipán.

L’ensemble se compose de deux salles: une salle comprenant deux trônes, l’un destiné à un leader politique et l’autre à un invité d’honneur, ce lieu faisait l’objet de banquets opulents, les archéologues ont également retrouvé une salle avec une estrade circulaire vraisemblablement conçue pour des annonces politiques et sociales.

« Ces événements sont liés à la gestion du pouvoir, aux relations entre seigneurs, caciques (…) c’est une découverte très importante pour comprendre la gestion politique de cette société », a précisé Alva.

Voir l'image sur Twitter
 
 
 

Élément digne d’intérêt, des décorations de salles qui diffèrent de celles retrouvées précédemment par la présence de représentations naturalistes atypiques pou ce peuple, tels que des poissons ou les lions de mer, en effet les autres constructions Mochica, ont dévoilé jusque-là des dessins de nature typiquement religieuse et symbolique.

Le centre sacré, réservé uniquement aux membres de l’élite, est incomplet dans sa partie supérieure et les chercheurs croient qu’il a été violemment délaissé au cours de la phase intermédiaire du développement de la culture Mochica, autour du Ve siècle.

L’équipe d’Alva travaille depuis l’année dernière sur le complexe archéologique, situé à environ 750 kilomètres au nord de Lima, avec des dons privés, mais prévoit de demander l’aide du gouvernement pour poursuivre les fouilles.

 

Voir l'image sur Twitter

 
 En plus de la salle de banquet, plus d’une centaine de concavités ont été identifiées comme espace de rangement pour des assiettes et autres ustensiles de cuisine, le site se compose aussi d’un ensemble de cinq structures pyramidales tronquées et de plates-formes plus petites. « Les banquets dans le monde Mochica se déroulaient au sein de structures et de salles spéciales. À cet endroit, les membres de l’élite se retrouvaient pour discuter de questions de politique, d’affaires et d’échange de marchandises (troc) », a déclaré Alva.

Les Mochicas sont connus pour leurs œuvres élaborées en or et leurs objets d’art qui présentent une grande variété d’actes sexuels. En outre, les femmes occupaient des postes politiques et religieux majeurs en témoigne la Dame de Cao, nom donné à la momie d’une femme de la culture Moche, une dirigeante ayant exercé des fonctions politiques.

La civilisation Mochica, l’une des cultures pré-incas les plus influentes du Pérou, a habité une bande désertique de la côte nord du pays entre le IIe et le VIIIe siècle. Sa disparition n’a pu être expliquée par les experts, mais ils avancent l’hypothèse d’un événement climatique majeur, probablement causé par El Niño (qui touche encore périodiquement le Pérou en occasionnant des dégâts plus ou moins sévères) qui a eu un impact direct sur les moyens de subsistance de cette population.

Selon les premières investigations, l’enceinte aurait été enterrée intentionnellement par les Mochicas lorsqu’ils prirent la décision de s’installer dans une autre vallée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked