Le Pérou demande à Trump d' »étudier la possibilité » d’extrader Toledo

corruptionLe président du Pérou Pedro Pablo Kuczynski a demandé dimanche à son homologue américain Donald Trump d' »étudier la possibilité » d’extrader l’ancien président péruvien Alejandro Toledo, recherché pour corruption.

source : leparisien 


« Le président Kuczynski a demandé à Donald Trump d’étudier (…) la possibilité d’extrader Toledo vers le Pérou », a indiqué l’agence de presse officielle péruvienne Andina, citant des sources au ministère péruvien des Affaires étrangères.
Les autorités péruviennes pensent avoir localisé l’ex-président âgé de 70 ans, professeur d’économie à l’université de Stanford, dans la ville voisine de San Francisco (Californie), et offrent une récompense de 30.000 dollars pour toute information permettant son arrestation.
Plus tôt dimanche, le gouvernement péruvien a déclaré que les Etats-Unis avaient demandé à Lima de fournir plus de documents pour soutenir sa demande d’extradition de M. Toledo, précisant que les documents demandés devraient être prêts lundi.
La justice péruvienne a émis jeudi un mandat d’arrêt international, ordonnant la « localisation immédiate » de l’ancien chef de l’Etat (2001-2006) soupçonné de corruption, « son arrestation et sa détention provisoire » pour 18 mois.
M. Toledo, chantre de la lutte anticorruption, est soupçonné d’avoir touché 20 millions de dollars de dessous-de-table du géant du BTP brésilien Odebrecht afin de remporter l’appel d’offres pour la construction d’un axe routier majeur reliant le Pérou au Brésil.
L’ex-président a rejeté ces accusations, dénonçant un acharnement politique.
Le ministre péruvien de l’Intérieur Carlos Basombrio a par ailleurs confirmé que le gouvernement soupçonnait l’ex-président de vouloir fuir en Israël, son épouse Eliane Karp disposant de la nationalité israélienne.
Mais Israël a annoncé dimanche qu’il n’autoriserait pas l’entrée sur son territoire d’Alejandro Toledo dans les conditions actuelles. « M. Toledo sera autorisé (à entrer) en Israël seulement lorsque ses affaires seront réglées », a déclaré le ministère israélien des Affaires étrangères.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked