Tout savoir sur le racisme au Pérou

Share

La mort de George Floyd a créé un mouvement d’ampleur et fait émerger au grand jour la discrimination subie par de nombreux noirs et racisés.

par Lauriane Brulebeaux

source : courrierinternational.com

Je n’avais pas prévu d’écrire un article sur le racisme, je parle habituellement de la beauté du Pérou et de ce qui me réjouit, et puis, finalement, par le truchement de l’actualité, j’ai centralisé des ressources pour permettre à ceux qui le souhaitent de s’informer, de comprendre ce qu’est le racisme au Pérou.

Il se trouve qu’au Pérou la discrimination a infusé lentement et profondément dans la société, sans être nommée. Elle est loin d’être aussi centrale dans les médias ou les priorités politiques qu’aux Etats-Unis. Le discours communément entendu est celui de dire que tous  les péruviens sont mestizos (métis) parce que plus ou moins tous issus d’une union entre un parent blanc descendant d’espagnol et un parent indigène, à différent degré, quelque part depuis la colonisation au 15e siècle. Mais entre le discours de façade et la réalité du terrain…

Voici quelques ressources à voir, lire ou écouter pour comprendre le racisme au Pérou, elles sont majoritairement en espagnol. Elles abordent les deux formes de racisme majeures que l’on peut trouver au Pérou : le racisme dit “cholo”, lié au métissage, et le racisme envers les noirs (qui concerne une part minoritaire, 4% de la population est afro-péruvienne).

  • Cet article en français explique très bien le concept de cholo et le racisme à la péruvienne. Il évoque la profonde inégalité de la société péruvienne comme ciment du racisme, la négation de ses origines andines pour accéder à un « certain » statut social, et un programme TV, la paisana Jacinta, qui mettait en scène une paysanne chola venue de la province du Pérou pour réussir à Lima, controversée pour les stéréotypes qu’elle pouvait véhiculer. Ce programme a été arrêté.
    • Des romans, traduits en plusieurs langues :

Un mundo para Julius (un monde pour Julius) d’Alfredo Bryce Echenique, qui porte un regard critique sur la haute société liménienne et en montre les caractéristiques sociales du début des années 2000 incluant le racisme. Du même auteur : No me esperen en abril.

De donde venimos los cholos et No soy tu cholo, de Marco Avilés, deux oeuvres contemporaines majeures.

La ciudad y los perros (La ville et les chiens) de l’auteur Mario Vargas Llosa prix Nobel de Littérature 2010, qui critique et dénonce les haines et préjugés qui bouillonnent sous la façade lisse du Lima classe moyenne des années 1950 (texte Wikipedia).

Los gallinazos sin plumas, un conte sur la pauvreté et l’exploitation des enfants en Amérique Latine, de Julio Ramon Ribeyro. Rien que le titre fait froid dans le dos : gallinazos sin plumas signifie “vautour sans plume”, il compare l’enfant à un vautour, condamné à chercher sa nourriture parmi les détritus et les poubelles, la seule différence avec l’oiseau étant qu’il n’a pas de plumes. Du même auteur : La palabra de los mudos.

  • Le musée afro-péruvien à Lima est un incontournable pour tout comprendre sur la culture afro-péruvienne et le métissage.
  • Quelques livres de sciences humaines (ES) : No habíamos choleado tanto de Jorge Bruce, Siete ensayos de interpretación de la realidad peruana de José Carlos Mariategui, Racismo y lenguaje de Virginia Zavala et Michele Back , La presencia afrodescendiente en el Péru de Maribel Arrelucea Barrantes et Jesus A. Cosamalon Aguilar.
  • Un podcast péruvien “por las rutas de la curiosidad” : vous pouvez écouter cet épisode (ES) intitulé “racisme et terreur”.
  • Un documentaire sur Netflix : when two worlds collide, de 2016, qui s’intéresse au conflit entre populations indigènes et le gouvernement péruvien au sujet du développement des terres en Amazonie, plus connue sous le nom d’affaire Baguazo.
  • Ce poème/chanson (ES) : Me gritaron negra de Victoria Santa Cruz, écrivain, compositeur et chorégraphe activiste afro-péruvienne. Il a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux la semaine dernière comme emblème du racisme envers les noirs au Pérou.
  • Des vidéos : un documentaire (ES sous-titré EN) “Choleando : are peruvians racists or not ?”, et cette vidéo (ES) explique la différence entre racisme au Pérou vs racisme aux Etats-Unis.
  • Tout le mois de juin, depuis 2014, est celui de la culture afro-péruvienne. C’est donc en ce moment-même, avec au programme: conférences virtuelles, ateliers, concerts pour mieux connaître les apports de la population afro-péruvienne dans la construction de l’identité du Pérou.

Je laisse maintenant à chacun le soin de se faire son idée sur la question du racisme au Pérou et sa façon d’agir, ou pas.

Lauriane Brulebeaux

Merci à Marisol Dextre pour son aimable contribution à cet article.

Pour retrouver plus de photos et anecdotes du Pérou, suivez-moi sur Instagram.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked