Un arbre géant fossilisé vieux de 10 millions d’années découvert au Pérou

Share
Lors d’une expédition sur le plateau andin central, des scientifiques ont fait une découverte extraordinaire : un arbre fossilisé vieux de plusieurs millions d’années.

source : www.geo.fr

C’est une bien belle découverte qu’ont fait des scientifiques du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI). Lors d’une expédition sur le plateau andin central, aussi appelé Altiplano, au Pérou, ils ont eu la surprise de trouver un énorme arbre fossile enfoui dans la plaine froide et herbeuse. Vieux de 10 millions d’années, cet arbre remet en question ce que les spécialistes pensaient savoir sur le climat de cette époque. Les résultats de l’expédition sont présentés dans la revue Science Advances.

« Cet arbre et les centaines d’échantillons de bois fossile, de feuilles et de pollen que nous avons collectés lors de l’expédition, révèlent que lorsque ces plantes étaient vivantes, l’écosystème était plus humide – encore plus humide que les modèles climatiques du passé ne l’avaient prédit, a déclaré dans un communiqué Camila Martinez, une boursière au STRI. Il n’y a probablement pas d’écosystème moderne comparable, car les températures étaient plus élevées lorsque ces fossiles ont été déposés il y a 10 millions d’années. »

Les chercheurs ont découvert que l’arbre fossilisé avait une anatomie très proche de celle des arbres que l’on trouve actuellement dans les forêts tropicales de basse altitude. Cela s’explique car à l’époque, ce plateau de la cordillère des Andes ne se trouvait probablement qu’à 2 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Mais, comme l’expliquent les experts, cela n’a pas duré. Le plateau aride se situe maintenant à 4 000 mètres d’altitude.

Ce rapide changement climatique a été confirmé grâce à des fossiles vieux de 5 millions d’années provenant du même site. Les échantillons datant de cette époque provenaient majoritairement d’herbes, de fougères et d’arbustes, et non plus d’arbres. Il s’agit du même écosystème que celui qu’on trouve maintenant dans les hauts plateaux des Andes, ce qui indique que le plateau avait déjà atteint son altitude actuelle.

« Les archives fossiles de la région nous disent deux choses : l’altitude et la végétation ont changé radicalement sur une période de temps relativement courte, ce qui soutient une hypothèse qui suggère que le soulèvement tectonique de cette région s’est produit par impulsions rapides », a déclaré Carlos Jaramillo, scientifique et chef de projet au STRI.

De son côté, Camila Martinez rajoute que « le soulèvement andin a joué un rôle important dans le façonnement du climat de l’Amérique du Sud, mais la relation entre la montée des Andes, les climats locaux et la végétation n’est toujours pas bien comprise. À la fin de ce siècle, les changements de température et les concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone se rapprocheront à nouveau des conditions d’il y a 10 millions d’années. Comprendre les écarts entre les modèles climatiques et les données basées sur les archives fossiles nous aide à élucider les forces motrices contrôlant le climat actuel de l’Altiplano et, en fin de compte, le climat à travers le continent sud-américain ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked