Un parti ultra-religieux colonisateur néfaste de l’Amazonie

Share

Une position extrêmement vigilante doit être prise face à la présence de groupes populistes d’extrême droite et du parti/secte FREPAP au Congrès de la République du Pérou.

source : cocomagnanville.over-blog.com

Par Mariella Villasante Cervello

Nous savons que ces groupes, qui accèdent aux instances étatiques invoquant Dieu pour justifier leurs appétits terrestres, sont devenus très nombreux et influents en Amérique latine et dans le reste du monde.

FREPAP : un parti ultra-religieux ultra-religieux colonisateur néfaste de l’Amazonie


Brève analyse des résultats des élections.

18 février 2020 – Les résultats de l’élection du 26 janvier ont été extraordinaires et surprenants. Plusieurs analystes ont déclaré que les votes ont été largement dispersés et que le Congrès est divisé. Pour ma part, je pense que trois faits centraux n’ont pas été bien mis en évidence : premièrement, les « partis » de droite et de centre-droit ont obtenu une victoire assez importante, le Pérou s’affirme comme un pays conservateur ; deuxièmement, le groupe Fujimori Fuerza Popular s’est effondré et sur 73 membres du Congrès, il n’a réussi à conserver que 15 sièges ; troisièmement, trois nouveaux « partis » extrémistes sont apparus, qui étaient totalement marginaux ou inexistants dans le passé récent. Il s’agit de Podemos Perú, dont le principal dirigeant est un ancien général de l’armée accusé d’avoir assassiné le journaliste Hugo Bustíos [à Ayacucho le 24 novembre 1988] ; puis de l’Unión por el Perú, dont les dirigeants de l’ombre comprennent Antauro Humala, qui purge une peine de prison pour sa participation au soulèvement appelé « Andahuaylazo » [janvier 2005], qui a fait six morts ; et enfin, le groupe ultra-religieux FREPAP fondé par un agriculteur quechua d’Arequipa, Ezequiel Ataucusi, créateur d’une secte adventiste qui croit que la fin du monde est proche, qui a obtenu plus de 8% des voix et 15 sièges au nouveau et éphémère Congrès de 2020-2021.

Nous devons souligner que la représentativité des membres élus du Congrès n’est pas tangible car l’absentéisme des électeurs a été très important 
En effet, sur le total des votes valables [14 798 379, 80,56%], on estime que 25% de l’électorat ayant le droit de vote, soit près de 6 millions de Péruviens, n’ont pas voté le 26 janvier ; 76% des Péruviens de l’étranger ne sont pas allés voter non plus. Plus de 60 % des électeurs ont exprimé des votes non valables (19 %) ou ont voté pour des partis qui n’avaient aucune chance de passer la barrière électorale (40 %). En résumé, les 130 nouveaux membres du Congrès ont été élus par 40% des électeurs éligibles, le chiffre le plus bas de l’histoire récente du pays (ONPE, El Comercio du 10 février 2020. (1)

Comment comprendre ces événements qui transforment la scène politique péruvienne ?


Avant de commencer, je dois apporter deux précisions sur les termes utilisés : comme dans le reste de l’Amérique latine et du monde, les « partis » politiques traversent une profonde crise de confiance de la part de la société civile, qui se sent sous-représentée par eux. Au Pérou, les « partis » sont très fragiles et manquent de programmes politiques dignes de ce nom. Ce processus de déstructuration avait commencé en 1968, avec le coup d’État du général Velasco, s’était aggravé pendant la guerre interne et s’était encore accentué sous le régime de Fujimori (1990-2000). Je préfère donc utiliser le terme « partis » entre guillemets, pour rappeler qu’il s’agit principalement de groupes politiques de personnes qui défendent (sans grande cohérence ni conviction) des positions conservatrices (droite et centre) sur la société, des positions de réforme et de changement social (gauche), et des positions extrêmes de droite ou de gauche (populisme, autoritarisme), et aussi, grande nouveauté dans le pays, des positions ultra religieuses ou fondamentalistes.

La première hypothèse que je voudrais soulever dans cette note est que les derniers résultats des élections sont le produit de la lutte contre la corruption qui a été entreprise depuis 2018, avec beaucoup de courage et d’efforts, par le président Martin Vizcarra et les honorables juges de l’équipe spéciale Lava Jato, Rafael Vela et Jose Domingo Perez, sans oublier les distingués journalistes d’investigation de l’IDL-Reporteros, dirigée par Gustavo Gorriti. Grâce à l’action systématique de révéler les énormes actes de corruption liés à l’entreprise Odebrecht et à l’OAS, et grâce à la ténacité de tous les responsables judiciaires et policiers qui contribuent à perturber la corruption, les principaux dirigeants politiques, en particulier Keiko Fujimori, sont en détention, et d’autres suivront dans les prochains mois. C’est ce long processus de justice qui a conduit à la chute inéluctable du « parti » Fujimoriste qui a causé tant de dommages à l’État et à la nation péruviens.

Deuxième hypothèse, depuis l’élection présidentielle de 2016, le pays est politiquement et institutionnellement piégé par le travail obstructionniste des infâmes membres du Congrès Fujimoriste. La chute progressive mais inévitable des réseaux mafieux ancrés dans le Congrès péruvien a encouragé deux processus parallèles : D’une part, l’émergence d’une nouvelle conscience citoyenne qui, face à la débâcle et au désordre, a cherché les références d’une plus grande stabilité proposées par le courant conservateur de la société représenté par les partis traditionnels de droite comme Acción Popular, et d’autres groupes de droite et/ou de centre-droit (Alianza para el Progreso [Omar Chehade, César Acuña] ; Somos Perú [Rennan Espinoza], Partido Morado [Julio Guzmán, Alberto de Belaunde]. Ce courant est la majorité au Congrès qui vient d’être élue dans le pays. Compte tenu de la répartition des sièges, ces quatre groupes politiques rassemblent 67 membres du Congrès de droite et de centre-droit.

D’autre part, la débâcle du courant pro-fujimori, qui a perdu toute crédibilité et, par conséquent, sa prépondérance clientéliste, a produit la dispersion de ses anciens électeurs parmi les nouveaux groupes populistes à tendance autoritaire et anti-démocratique. Les sièges des groupes populistes sont répartis comme suit : Fuerza popular [Martha Chávez, 15 sièges] ; Unión por el Perú [José Vega, Antauro Humala, 13 sièges] ; et Podemos Perú [Daniel Urresti, 11 sièges]. Au total, il y a 39 membres du Congrès. Enfin, un groupe de personnes ultra-religieuses, le Front populaire agricole du Pérou (FREPAP), a remporté 15 sièges. S’il est possible de considérer que les néo-populistes pourraient former un groupe, ils seront toujours minoritaires ; et étant donné le caractère sectaire et marginal des membres du FREPAP, il leur sera très difficile d’établir des alliances solides au sein du nouveau Congrès. Dans ce contexte, un seul groupe de gauche a réussi à passer la barrière électorale, le Frente amplio dirigé par Marco Arana [9 sièges].

Le parti FREPAP : ultra-religieux et envahissant les territoires amazoniens


Le FREPAP représente la branche politique de l’Association missionnaire évangélique du Nouveau Pacte universel [AEMINPU], une secte évangélique fondée en 1968 par Ezekiel Ataucusi Gamonal, un agriculteur quechua d’Arequipa. C’est une secte car c’est un groupe minoritaire d’inspiration adventiste, qui maintient une direction très hiérarchisée et un contrôle strict de la vie individuelle et sociale des membres. Cet événement a été évoqué par le père Manuel Marzal [qui était mon professeur d’anthropologie à la PUCP et dont je me souviens avec beaucoup d’affection], un éminent spécialiste de l’anthropologie religieuse au Pérou ; et, d’autre part, il a fait l’objet d’au moins deux études approfondies menées par les anthropologues Juan Ossio (2015) (2) et Carlos Ernesto Ráez (2016) (3). Sans pouvoir entrer dans le détail de ces travaux académiques, je voudrais expliquer trois points qui me paraissent importants pour comprendre l’émergence de cette secte politisée sur la scène politique péruvienne.

Tout d’abord, il faut noter que l’émergence du FREPAP rend explicite les progrès peu connus des églises non catholiques dans notre pays. En 2002, Marzal (4) a écrit que selon le recensement de 1993, les évangéliques représentaient 7,3% de la population péruvienne, tandis que les catholiques en représentaient 88,9% ; à cette époque, les sectes étaient incluses dans la catégorie « évangéliques », et en 2017 une autre catégorisation religieuse a été adoptée, comme nous le verrons bientôt.
Le recensement national de 2017 a établi que la population péruvienne totale est de 31’237’385 personnes ; et 74% (23’196’391) ont plus de 12 ans. Dans ce cadre, 76% des Péruviens de plus de 12 ans sont catholiques (17’635’339). En 2007, 81% des Péruviens étaient catholiques (INEI, Profil socio-démographique, août 2018 (5) : 231 et sqq.)

Les évangéliques représentent actuellement 14% de la population de plus de 12 ans (3’264’819) ; ceux qui ont une « autre religion » ne sont que 4,8% (1’115’872), mais nous ne connaissons pas la répartition des nouveaux évangélistes (chrétiens, adventistes, témoins de Jéhovah, mormons et israélites, la secte d’Ataucusi), des adhérents aux deux autres religions monothéistes (juifs et musulmans) et des bouddhistes. L’inclusion de ces différentes religions dans une seule catégorie ne me semble pas pertinente ; les données auraient dû être collectées auprès de chaque religion. Enfin, une évolution intéressante du dernier recensement est l’augmentation du nombre de Péruviens « sans religion », qui est passé de 2,9 % de la population en 2007 à 5,1 % (1 180 361) en 2017.

Voyons quelques détails. Si, d’une manière générale, les églises d’inspiration protestante peuvent être incluses dans la catégorie des « évangéliques », les spécialistes distinguent les groupes évangéliques traditionnels des églises qui ne reconnaissent pas la divinité de Jésus ; Marzal les appelle des églises eschatologiques et, comme je l’ai déjà indiqué, dans le recensement de la population de 2017, elles sont incluses sous la rubrique « Autres religions ».

Marzal considère que quatre types d’églises évangéliques peuvent être identifiés : (1) les églises transplantées issues de la Réforme protestante du XVIe siècle, qui ont été formées par l’émigration (église luthérienne et calviniste), ainsi que l’église anglicane en Grande-Bretagne. (2) Au Pérou, les églises évangéliques sont introduites des États-Unis à la fin du XIXe siècle ; en 1922, l’Église évangélique péruvienne est née du travail de missionnaires méthodistes, presbytériens et baptistes. Ils prêchent tous la nécessité de la conversion personnelle, vivent en communauté, ont une éthique puritaine et font du prosélytisme. (3) Au début du XXe siècle, le courant « pentecôtiste » est né parmi les évangéliques aux États-Unis ; dans l’Église catholique, il est connu sous le nom de « renouveau charismatique ». Plusieurs de ces églises sont arrivées au Pérou et d’autres sont nées dans notre pays ; toutes croient en une Pentecôte continue et en un Esprit Saint qui guérit les maladies. (4) Enfin, au début du XXe siècle, les églises eschatologiques arrivent au Pérou : adventistes du septième jour, mormons, témoins de Jéhovah, qui partagent l’imminence de la fin du monde. Cependant, malgré leur inspiration chrétienne et leur culte du Christ, les catholiques, les évangéliques et les pentecôtistes ne les considèrent pas comme des chrétiens parce qu’ils n’acceptent pas la divinité de Jésus. C’est aussi pourquoi ils sont inclus dans le recensement de 2017 sous la rubrique « Autres religions« . Au début, les Adventistes se sont installés sur la côte sud et à Puno (2002 : 34-37) ; puis ils sont arrivés massivement dans la selva péruvienne. En 2017, entre 6 et 8 % des Péruviens d’« une autre religion » vivent à Tacna, Puno, Moquegua, Callao, San Martin, Madre de Dios, Arequipa et Lima (INEI 2018 : 244).

Dans ce contexte, sont apparues ce que Marzal appelle les « nouvelles religions indigènes », parmi lesquelles la Mission israélite de la nouvelle alliance universelle, ou Israélites ; influencée par le messianisme andin et les croyances eschatologiques adventistes. En effet, Ezekiel Ataucusi est devenu adventiste et a prétendu avoir une révélation, selon laquelle « Dieu l’a choisi pour annoncer la fin du monde et pour signer, à travers lui, une autre alliance universelle avec l’humanité. Ataucusi est donc considéré comme le nouveau Christ et l’incarnation du Saint-Esprit. Le culte suit à la lettre le calendrier festif de l’Ancien Testament (l’offrande de l’holocauste et les trois grandes fêtes des Pains Sans Levain, des Semaines et des Tabernacles). Ils respectent le sabbat et leur éthique est basée sur le Nouveau Testament dans sa version la plus puritaine. Selon Juan Ossio (El Comercio, 27 janvier) (6), dans les années 1980, Ezekiel et ses disciples avaient fondé des centres bibliques dans la plupart des provinces du pays. Partout où ils ont été établis, les adeptes ont adopté une adhésion fondamentaliste aux pratiques de l’Ancien Testament, y compris l’apparence extérieure (cheveux longs et barbe, tuniques, cheveux couverts de femmes (Arce, Somos del 30 de enero). Cela les rapproche des islamistes fondamentalistes [salafistes], qui prétendent vivre « comme au temps du prophète Mahomet ».

Manuel Marzal (2002 : 43-44) a également souligné que les Israélites ont promu « le développement coopératif et la participation politique avec un parti propre, Ataucusi ayant été deux fois candidat à la présidence du pays » ; en outre, « ils promeuvent la colonisation de la forêt dans des villes intégrées uniquement par eux, où ils attendent le retour imminent du Seigneur » ; en bref, ils se sont répandus en Colombie, en Équateur et en Bolivie.

Deuxièmement, le fondateur de la secte israélite, Ezekiel Ataucusi, s’est intéressé dès le début au prosélytisme auprès des paysans pauvres quechua venus dans la selva centrale à la recherche de terres agricoles, en imaginant ou en croyant à la propagande officielle de l’époque, sous la présidence de Belaunde, qui déclarait que « la jungle est vide ». L’expansion initiale a eu lieu depuis le village Palomar Sanchirio de Chanchamayo (Satipo, Junín). Dans ce cadre, Ezequiel a inventé l’idéologie des « frontières vivantes« , qui traduit la nécessité de coloniser des territoires « vides », sans propriétaires, afin de trouver la « terre promise ».
Il est évident que ce projet de colonisation nie ou minimise l’existence des territoires indigènes (dans la selva centrale : Ashaninka, Yanesha et Nomatsiguenga) et ne respecte pas l’équilibre écologique des forêts, car pour fonder leurs peuples de colons, les Israélites brûlent des milliers d’hectares de forêt primaire. Cette situation a causé aux Israélites de nombreux conflits avec les communautés indigènes et les colons résidents, c’est pourquoi le besoin politique de trouver des bases légales pour obtenir des terres par voie de règlement s’est rapidement fait sentir. Cette situation nous amène à considérer que les israélites ont fondé le FREPAP pour obtenir des terres agricoles titrées, c’est-à-dire qu’ils ont instrumentalisé la croyance religieuse inventée par Ezekiel Ataucusi pour obtenir des biens matériels. Les invasions de terres, la déforestation, l’extraction illégale de bois ont été dénoncées par plusieurs organisations indigènes du Loreto (Servindi du 27 janvier (7), et du 29 janvier (8)).

L’analyste Roger Rumrill a également dénoncé les aspects néfastes de la forte présence des colons israélites dans les régions de Pevas et Caballococha, capitale de la province de Ramón Castilla (Loreto), centre du trafic de drogue à la frontière du Pérou, de la Colombie et du Brésil (Servindi du 11 février) (9). Dans ce domaine, de nombreuses autorités appartiennent au FREPAP (le maire, un conseiller municipal et six échevins, ainsi que deux anciens maires élus en 2003 et 2010). La Caballococha est également une importante zone de trafic de drogue ; en 2014, l’État a déclaré l’état d’urgence pour lutter contre les cultures illégales de coca. En 2015, le journaliste Álvaro Arce a écrit dans le magazine Somos de El Comercio que la police brésilienne avait détecté en 2013 que les israélites possédaient ou travaillaient dans des plantations de coca et des laboratoires clandestins. Pour sa part, le directeur de la DEVIDA de l’époque, Alberto Otárola, a déclaré que les israélites s’étaient imposés comme « le groupe socio-économique le plus important de la province de Castille Mariscale ». Ils sont présents dans toute la chaîne de production de la drogue : plantation illégale, préparation de la pâte de base ou du chlorhydrate de cocaïne et blanchiment des avoirs. (Alvaro Arce, Somos-El Comercio, 2015 et 30 janvier 2020 (10), voir aussi Renzo Anselmo) (11). Ces faits sont graves.

Mais d’autres faits graves nous amènent à nous demander comment il est possible que les Israélites aient obtenu un enregistrement légal à l’ONPE. En fait, en 2015, le ministère des femmes a rapporté que 36 enfants et adolescents ont été sauvés d’une communauté israélite à Madre de Dios. On a appris qu’ils n’étudiaient pas, qu’ils vivaient dans de mauvaises conditions sanitaires et qu’ils avaient même été abusés sexuellement. L’affaire a été étudiée par le procureur national de l’époque, Carlos Ramos Heredia. Le FREPAP a également présenté à trois candidats des sentences et des procédures judiciaires. Enfin, un des fils d’Ezequiel a été arrêté en 2002 pour possession illégale d’armes à Ayacucho (La República, 27 janvier 2020) (12). Malgré ces actes criminels, la secte a réussi à participer légalement aux élections et à obtenir 15 sièges.

Troisièmement, il convient de noter que, comme toutes les sectes évangéliques d’Amérique latine, la secte créée par Ataucusi, une des « nouvelles religions indigènes », est entrée dans la politique nationale péruvienne dans le but d’obtenir des biens et des avantages pour sa communauté, en ignorant complètement le bien de la nation péruvienne et les priorités de notre société. En particulier la lutte contre la corruption, contre le trafic de drogue, et contre la pauvreté en général.


C’est pourquoi ils ont un programme délirant, non seulement antidémocratique, mais aussi obscurantiste et rétrograde ; en effet, selon leurs statuts, ils se reconnaissent comme un parti « théocratique, nationaliste, tahuantinsuyano, révolutionnaire, agraire-écologiste, de longue portée et intégrationniste » (Servindi du 27 janvier). La mention du Tahuantinsuyo rend explicite le fond messianique andin qui reprend les constructions sociales associées au retour de l’empire inca. Ezéchiel aurait évoqué le fait que lorsqu’il a reçu sa révélation de la Sainte Trinité, il s’est vu confier la mission de répandre les commandements aux « quatre parties du monde » ; et lorsque ce message atteindra effectivement ces « quatre parties« , le monde s’éteindra (Guillermo Flores, El Comercio du 29 janvier).

Image 3 : America TV dénonce la captivité des enfants à Madre de Dios, 2015 (Israélites en prière)


Pourquoi un poisson a-t-il été choisi comme symbole du groupe politique FREPAP ? Selon un document de propagande (13), le poisson représente le christianisme car il a été mentionné à plusieurs reprises dans les évangiles comme symbole d’abondance (Jésus a accompli le miracle de la multiplication des poissons). Il s’ensuit qu’avec le FREPAP, le Pérou ne connaîtra plus la faim ni la pauvreté et que tout le monde sera riche. Ce slogan de propagande hautement démagogique semble être accepté par des centaines de milliers de pauvres.

Quelle est l’éthique de la secte/parti ? Comme d’autres groupes fondamentalistes chrétiens ou musulmans, le FREPAP cherche à imposer une éthique et une morale anachroniques et obscurantistes qui rejettent les valeurs du républicanisme moderne, en particulier l’égalité des sexes, la défense des droits des femmes, la lutte contre la violence à l’égard des femmes, ainsi que d’autres demandes de protection de la part de petits secteurs marginalisés de la société péruvienne conservatrice. Sa position hostile envers les membres des peuples originaires de l’Amazonie est contraire aux progrès de la modernisation sociale réalisés par la société péruvienne, et à la reconnaissance par l’État de la légalité de la défense des territoires occupés par ces peuples, ou par des paysans d’origines et de croyances différentes.

Enfin, il faut noter que la mort d’Ezequiel Ataucusi en 2000 a ouvert une grave crise de succession tant à la tête de la secte scatologique qu’au sein du parti FREPAP. Ces derniers jours, les journaux ont fait état des intenses luttes internes entre les enfants d’Ezequiel : Jonas se déclare le successeur légitime, mais son frère Juan revendique également cette position, et la sœur Raquel accuse la famille maternelle Molina de tenter de prendre la direction du FREPAP (La República du 9 février) (14). Manuel Marzal a rappelé ce trait constant des sectes évangéliques : leur tendance constante à se diviser. Il est clair que l’entrée d’une dynastie de dirigeants d’une secte eschatologique au sein du Congrès péruvien suscite et continuera de susciter des luttes entre les factions qui ont la ferme volonté d’acquérir plus de pouvoir et d’influence au profit de leur communauté, et non de la société péruvienne dans son ensemble.


Réflexions finales


Une position extrêmement vigilante doit être adoptée face à la présence de groupes populistes d’extrême droite et du parti/secte FREPAP au Congrès de la République du Pérou jusqu’aux élections générales d’avril-juillet 2021. Nous savons que les groupes qui parviennent à accéder aux institutions étatiques telles que le Congrès et qui représentent les secteurs marginaux de la société, les extrémistes, les populistes et les fondamentalistes – qui invoquent Dieu pour justifier leurs appétits terrestres – sont devenus très nombreux en Amérique latine [le cas de Bolsonaro au Brésil est paradigmatique de cette évolution] et dans le reste du monde, y compris aux États-Unis et en Europe ; et aussi dans d’autres pays ayant des gouvernements autoritaires tels que la Russie et la Turquie.

Nous vivons en effet une période historique très préoccupante en raison du retour et de l’expansion des positions extrémistes et des croyances rétrogrades que de nombreuses sociétés humaines du passé et du présent adoptent comme « antidote » à la crise économique et au désordre mondial. C’est cette réalité inquiétante que nous devons affronter et dénoncer, pour la défense des valeurs républicaines et démocratiques et la défense des droits de l’homme et du citoyen, en particulier ceux des secteurs les plus vulnérables de notre société, les peuples indigènes d’Amazonie, les femmes et les enfants.

Heureusement, le parti sectaire FREPAP n’a remporté que 15 sièges et il est probable que les méfaits qu’il a commis dans le passé (invasion de terres, trafic de drogue, abus d’enfants), ajoutés à ses luttes intestines actuelles, le conduiront à imploser dans les mois qui précèdent les élections générales de 2021. Toutefois, dans la situation actuelle, il est et sera de notre devoir de citoyens de participer plus activement à la défense des valeurs de la démocratie et du progrès social dans notre pays.

Notas:

(1) Ver El Comerciohttps://elcomercio.pe/elecciones-2020/el-nuevo-congreso-fue-escogido-por-el-40-de-los-electores-habiles-noticia/?ref=ecr

(2) Ossio, Ezequiel Ataucusi Gamonal y el mesianismo en los israelitas del Nuevo Pacto Universal, Lima: Fondo editorial de la PUCP.

(3) Ráez, Liderazgos y legitimación: la organización y la congregación israelitas (2001-2014), tesis de licencia en antropología, UNMSM. Ver el repositorio de tesis : http://cybertesis.unmsm.edu.pe/handle/cybertesis/4987

(4) Ver Manuel Marzal, Categorías y números en la religión del Perú hoy, in La religión en el Peru al filo del milenio, Lima: Fondo editorial de la PUCP, ver también: https://books.google.fr/books?id=NAr3zPSnv34C&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

(5) INEI 2018, Perfil sociodemográfico, agosto de 2018 https://www.inei.gob.pe/media/MenuRecursivo/publicaciones_digitales/Est/Lib1539/libro.pdf

(6) Ver El Comercio https://elcomercio.pe/eldominical/ataucusi-quien-fue-el-profeta-y-fundador-del-frepap-elecciones-congreso-frepap-2021-noticia/

(7) Ver Servindi https://www.servindi.org/27/01/2020/debemos-preocuparnos-por-el-frepap

(8) Ver Servindi https://www.servindi.org/actualidad-noticias/29/01/2020/el-frepap-y-el-origen-de-sus-colonias-en-la-selva-amazonica

(9) Ver Servindi https://www.servindi.org/11/02/2020/el-frepap-la-tierra-prometida-y-las-fronteras-vivas-de-la-amazonia

(10) Ver el artículo de Álvaro Arce : https://elcomercio.pe/somos/historias/frepap-asi-vivian-los-israelitas-del-nuevo-pacto-universal-hace-5-anos-elecciones-2020-noticia/?ref=ecr

(11) Ver Renzo Anselmo, Servindi https://www.servindi.org/actualidad-noticias/29/01/2020/el-frepap-y-el-origen-de-sus-colonias-en-la-selva-amazonica

(12) Ver La Repúblicahttps://larepublica.pe/politica/2020/01/27/elecciones-2020-frepap-ideologia-y-antecedentes-del-partido-que-logro-la-segunda-mayoria-en-el-congreso-ipsos/

(13) Ver el documento de propaganda del FREPAP: http://www.aeminpulima.org/revista-de-predica/el-pez-es-el-simbolo-del-frepap.pdf

(14) Ver La República https://larepublica.pe/politica/2020/02/09/congreso-frepap-peleas-mitos-y-verdades-entre-hermanos-ataucusi/1/?ref=photogallery


*Mariella Villasante Cervello es doctora en Antropología por la École des Hautes études en sciences sociales, Paris. Es investigadora independiente, asociada al IDEHPUCP. Especialista del Perú y de Mauritania.

source d’origine https://idehpucp.pucp.edu.pe/notas-informativas/frepap-un-partido-ultra-religioso-colonizador-nefasto-de-la-amazonia/

traduction carolita d’un article paru sur Servindi.org le 18/02/2020

—-
 
FREPAP: un partido ultra religioso colonizador nefasto de la Amazonía

FREPAP: un partido ultra religioso colonizador nefasto de la Amazonía

Es preciso ser muy vigilantes ante la presencia de grupos populistas de extrema derecha y de la secta-partido FREPAP que accede a instancias estatales invocando a Dios para justificar sus apetitos …

https://www.servindi.org/18/02/2020/frepap-un-partido-ultra-religioso-colonizador-nefasto-de-la-amazonia

Rédigé par caroleone

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.